• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

CANICULE. Trop d'animaux à soigner à cause de chaleur, le tichodrome de l'Isère lance une cagnotte participative

Les oiseaux, accablés par la canicule, sont particulièrement nombreux cet été à arriver au tichodrome. / © page Facebook du tichodrome de l'Isère.
Les oiseaux, accablés par la canicule, sont particulièrement nombreux cet été à arriver au tichodrome. / © page Facebook du tichodrome de l'Isère.

Débordé à cause de la canicule, le tichodrome de l'Isère lance une cagnotte participative. Le centre pour la faune sauvage accueille un nombre record d'oiseaux ces derniers jours et n'arrive plus à payer les soins et la nourriture de ses pensionnaires.

 

Par Yann Gonon

Trop chaud, y compris pour les animaux ! Avec la canicule, le nombre d'oiseaux accueillis au thichodrome de l'Isère explose ces derniers jours. Le centre, qui n'arrive plus à payer les soins et la nourriture lance un appel aux dons.

La cagnotte a été lancée ce jeudi 25 juillet 2019 sur la plateforme Leetchi et restera ouverte jusqu'au 15 septembre. Le centre de soins pour la faune sauvage installé sur la commune de Le Guâ, en Isère, espère récolter au moins 10 000 euros pour faire face aux coûts supplémentaires engendrés par l'afflux inattendu d'animaux cet été.

C'est notamment à cause de la canicule que les arrivées au centre sont si nombreuses ces derniers jours expliquent les responsables du Tichodrome sur leur page Facebook. Cette année, le centre affirme avoir déjà accueilli 173 martinets, dont 45 % pendant la dernière période de canicule. Cela représenterait "un surplus de 65%" par rapport à l’année dernière. 
 

Le nourrissage des martinets engendre un coût particulièrement important explique aussi le tichodrome. Les oiseaux sont en effet nourris six fois par jour avec des grillons et des teignes de ruches qui coûtent entre 60 et 80 euros le kilo.

Le centre est financé grâce à quelques adhésions, subventions et dons. En 2019, il aurait déjà reçu plus de 200 animaux (oiseaux et mammifères) en plus par rapport à 2018 pour un surcoût évalué à un minimum de 10 000 euros.
 

Sur le même sujet

Tour de France : revivez le parcours du montluçonnais, Julian Alaphilippe

Les + Lus