Coronavirus : le port du masque va devenir obligatoire devant les crèches, écoles, collèges et lycées en Isère

Le masque va devenir obligatoire devant les établissements d'enseignement de l'Isère à partir de lundi, sur arrêté préfectoral, pour lutter contre la propagation du coronavirus.

- Photo d'illustration - Première rentrée au collège pour des élèves de 6e.
- Photo d'illustration - Première rentrée au collège pour des élèves de 6e. © Nicolas Parent / MaxPPP
Les parents d'élèves vont devoir adopter le masque. Devant les crèches, écoles, collèges, lycées, le masque va devenir obligatoire "sur la voie publique dans un périmètre maximal de 25 mètres devant les entrées et sorties" de tous les établissements d'enseignement en Isère. Cette mesure entrera en vigueur lundi 7 septembre à partir de 7 heures, annonce le préfet de l'Isère qui vient de prendre un arrêté.

"Cette mesure s’applique dans l’ensemble du département de l’Isère pour toutes les personnes de plus d’onze ans", ajoute-t-il dans un communiqué. Cette décision fait suite à la demande de plusieurs maires du département qui ont constaté "une augmentation progressive de la circulation du virus". Le port du masque est déjà obligatoire sur tous les marchés, brocantes et vide-greniers de l'Isère.

Le non-respect de cette nouvelle obligation sera sanctionné d'une amende de 135 euros pouvant être majorée, en cas de récidive dans les 15 jours, à 1500 euros. Aucune verbalisation ne sera dressée lundi 7 septembre "à des fins pédagogiques et d’information de la population". Au-delà du port du masque, le préfet de l'Isère appelle au respect des gestes barrières pour lutter contre la propagation du Covid-19.
 
Cette décision intervient alors que "l'épidémie montre des signes d'augmentation en Isère", selon le docteur Jean-Yves Grall, directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) qui tenait une conférence de presse ce mercredi. Le Dr Gall a estimé que la rentrée scolaire et universitaire était un facteur de risque, affirmant que ce brassage de population, notamment de jeunes gens, doit donner lieu à des "dépistages plus importants et plus ciblés".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation