Déclaré coupable du meutre de Luc Pouvin près de Grenoble, l'accusé condamné à 15 ans de réclusion

Le procès en appel s'est tenu à Valence, dans la Drôme, jusqu'à mercredi. / © MAXPPP
Le procès en appel s'est tenu à Valence, dans la Drôme, jusqu'à mercredi. / © MAXPPP

Matéo Lopez-Tenjo a été condamné en appel mercredi à 15 ans de réclusion par la cour d’assises d’appel de la Drôme, à Valence, pour avoir tué Luc Pouvin en juin 2015 à Saint-Martin-d'Hères, en Isère.

Par Victor Lengronne

Matéo Lopez-Tenjo est fixé. Son procès en appel, débuté lundi aux Assises à Valence (Drôme), s'est terminé mercredi. Déclaré coupable du meurtre de Luc Pouvin, 19 ans, le 20 juin 2015, à Saint-Martin-d'Hères, en Isère, il écope de quinze ans de réclusion, cinq ans de suivi sociojudiciaire, une interdiction de détenir et de porter une arme pendant 15 ans et une interdiction de séjour en Isère pendant 5 ans. Il est incarcéré à Valence.

La cour d’assises d’appel de la Drôme a considéré, comme les avocats de la famille de la victime, que Matéo Lopez-Tenjo avait bien commis un meutre. 
 

"Je ne voulais tuer personne"


Luc Pouvin se trouvait à l'arrière d'un scooter lorsqu'il a pris un coup de feu mortel dans le cou de la part de Matéo Lopez-Tenjo en juin 2015. Ce dernier affirme toujours avoir ouvert le feu sur le scooter en pensant tirer sur les personnes avec qui il avait eu une altercation plus tôt dans la soirée. "Je suis monté sur la terrasse avec le fusil noir (une carabine de chasse de gros calibre, ndlr). On a attendu. J’ai entendu le TMax passer en dessous. Il partait en direction de la place, j’ai entendu une détonation et j’ai tiré dans sa direction pour le faire fuir. J’ai posé l’arme au sol et on est descendu", a raconté l’accusé dans des propos rapportés par Le Dauphiné Libéré.

Matéo Lopez-Tenjo repète ne pas avoir visé la victime. "J’ai toujours dit que j’avais tiré en direction, autour du TMax. Je ne voulais tuer personne." Luc Pouvin ne se trouvait pas dans le TMax mais dans un scooter plus petit.
 

"Je leur ai gâché la vie"


Avant de s'excuser, l'homme a déclaré : "C’est quelque chose de dramatique. J’ai de la vraie peine pour la famille. Je leur ai gâché la vie."

Lors du procès en juin 2018 à Grenoble, il avait été condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour coups mortels avec arme alors que l'avocat général en avait demandé 20. La cour d’assises a estimé qu’il n’avait pas volontairement tué le jeune homme de 19 ans. Le parquet avait fait appel.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus