Le Brexit et l'incertitude planent sur l'aéroport de Grenoble Alpes Isère

Tous les samedis, entre 10 000 et 15 000 passagers descendent d'avion chaque jour à l'aéroport de Grenoble. Pour près de 80% d'entre eux, ils sont originaires du Royaume-Uni. / © Xavier Schmitt / France 3 Alpes
Tous les samedis, entre 10 000 et 15 000 passagers descendent d'avion chaque jour à l'aéroport de Grenoble. Pour près de 80% d'entre eux, ils sont originaires du Royaume-Uni. / © Xavier Schmitt / France 3 Alpes

Alors que le Brexit est sur toutes les lèvres, l'aéroport Grenoble Alpes Isère a fêté ses 30 ans de partenariat avec la British Airways, la dernière grande compagnie nationale qui dessert ce petit aéroport durant la saison de ski. Tout un symbole, car sa principale clientèle est britannique.

Par Cécile Sauzay

Arrivée d'un Airbus de la British Airways. C'est l'un de ses deux vols de la journée en provenance de Londres. Une surprise attend les passagers au débarquement : ils ont droit au tapis rouge et à un gâteau. Un gâteau d'anniversaire qui célèbre les 30 ans de la compagnie à l'aéroport de Grenoble Alpes Isère. Mais l'ombre du Brexit plane sur cette liaison.

Au sortir de l'appareil, il est aussi dans toutes les têtes. Nicola est britannique, elle vient skier régulièrement dans les stations françaises. "Nous aimons la France, nous continuerons à venir, et nous voulons rester", martèle la mère de deux enfants. Même inquiétude chez un autre habitué des pistes alpines, John : "J'espère que ça n'aura pas d'impact. Mais qui sait ? Je ne peux pas imaginer que ça tourne mal. Enfin je l'espère."

British Airways, partenaire de marque pour l'aéroport

Le samedi est la journée la plus chargée de l'aéroport : 10.000 à 15.000 passagers rejoignent les stations de ski des Alpes, ou en reviennent. Comme ces dernières, l'infrastructure a un fonctionnement saisonnier. Pendant la haute saison, de décembre à avril, le personnel de l'aéroport est multiplié par 7, passant de 50 à 350 personnes - une très large majorité de travailleurs saisonniers là-aussi.

Une dizaine de villes britanniques sont desservies durant la saison de ski. La clientèle de l'aéroport est alors britannique à 80 %. A côté d'une majorité (sept contre une) de compagnies à bas coût, British Airways est à ce jour la seule grande compagnie nationale à assurer la liaison avec le Royaume-Uni. Pourtant il s'agit de la troisième compagnie de l'aéroport en termes de fréquentation. "British Airways représente une grande partie de notre clientèle anglaise et une partie de notre clientèle haut de gamme, souligne Basma Jarbouai, directrice de l'aéroport Grenoble Alpes Isère. Pourquoi ? Parce que ce type de vol comporte une partie business et une partie économique". 
 

Pourquoi l'arrivée du Brexit pourrait-elle poser problème ?

L'Europe offre aux Etats membres des facilités pour les lignes aériennes. Les valses-hésitations du Brexit inquiètent l'exploitant privé de l'aéroport, le groupe Vinci, ainsi que son propriétaire, le département de l'Isère, qui soutient financièrement l'infrastructure malgré son déficit."Cela peut être très désavantageux pour nous en fonction de la zone à laquelle est rattaché le Royaume-Uni, craint Jean-Claude Peyrin, vice-président du conseil départemental de l'Isère. En termes douaniers et en termes financiers, c'est important de rester attentifs". 

 
Le Brexit et l'incertitude planent sur l'aéroport de Grenoble Alpes Isère
Intervenants : Nicola Light, passagère anglaise / John Pennefather, passager anglais / Basma Jarbouai Directrice de l'aéroport Grenoble Alpes Isère/ Jean-Claude Peyrin, Vice-président du conseil départemental de l'Isère Reportage de Xavier Schmitt, Florine Ebbhah et Sophie Villatte



 

Sur le même sujet

Les + Lus