Confinement : en Isère, les dons peinent à décoller sur la cagnotte de l'opération 100 000 tulipes contre le cancer

A La Tronche (Isère), le public n'a pas pu cueillir les tulipes solidaires en raison du confinement dû au nouveau coronavirus. Pour suppléer l'opération 100 000 tulipes contre le cancer, une cagnotte en ligne a été lancée au profit des enfants malades. Mais elle peine encore à se remplir.

L'opération 100 000 tulipes contre le cancer se transforme, en Isère, à cause du confinement.
L'opération 100 000 tulipes contre le cancer se transforme, en Isère, à cause du confinement. © D.B. / France 3 Alpes
A l'aide de son taille-haie, René Gauthier arase les têtes de ses dernières tulipes. Les trois quarts des 100 000 fleurs plantées en septembre ont déjà été étêtées. "Je coupe la tête juste sous les pétales pour garder les tiges et les feuilles et nourrir ainsi les bulbes. D’ici deux mois, ils pourraient être à maturité et refleurir l’année prochaine. Mais c’est un essai pour sauver une partie des bulbes", raconte-t-il.

D'ordinaire en avril, le public vient cueillir, souvent en famille, son bouquet de tulipes. Vingt tiges contre un don de dix euros en faveur de la lutte contre le cancer. Mais cette année, le champ de cet horticulteur retraité est resté désespérément désert, confinement dû au coronavirus oblige. Seules quelques milliers de tulipes tardives, roses et violettes, amènent de la couleur au blues ambiant. En expérimentant une technique de coupe, plutôt que d’arracher la totalité des fleurs, René espère sauver 20% des bulbes.
 
Porté par le Lions Club Grenoble Porte de France depuis vingt ans, l'opération 100 000 tulipes contre le cancer permet chaque année de récolter plus de 25 000 euros. Les trois quarts de l’argent de cette vente solidaire sont reversés au service pédiatrique du professeur Dominique Plantaz de l’hôpital Couple-Enfant à La Tronche (Isère) près de Grenoble. Une somme qui sert à accompagner le quotidien d’enfants atteints de cancer. Paul Roux, le responsable de l’opération précise : "Nous avons récemment financé un IRM jeu, appareil ludique qui permet aux enfants de s’habituer avant de devoir passer un IRM réel. Une partie de l’argent sert aussi à financer pour ces enfants des balades en montagne avec l’association de Christine Janin, A Chacun son Everest ou encore les animations des Clowns de Soleil Rouge".

 

"On est loin du compte"


En France, une cinquantaine de villes sont associées à l’opération, parmi lesquelles une dizaine en Auvergne-Rhône-Alpes. Comme à Annonay ou Bourg-en-Bresse, le Lions Club grenoblois a lancé une cagnotte en ligne sur la plateforme Leetchi. Mais les dons peinent à décoller.

"On est encore sous la barre des 6 000 euros collectés depuis trois semaines. Même en ajoutant 1 250 euros versés par la mairie de la Tronche qui nous a acheté 2500 tulipes pour offrir des bouquets aux personnes âgées de la commune, on est loin du compte, déplore Paul Roux , délégué régional du Lions Club de Grenoble. Rien que l’achat des bulbes pour l’année prochaine revient à 9 000 euros. Alors on fait appel à la générosité de chacun en ces temps difficiles !" La cagnotte restera encore en ligne une vingtaine de jours. Le temps de faire fleurir quelques sourires sur les visages des enfants malades et de revoir s'épanouir, l’an prochain, les tulipes de l’espoir.
 
Isère : les dons peinent à décoller sur la cagnotte de l'opération 100 000 tulipes contre le cancer

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cancer santé société coronavirus - confinement : conseils pratiques