Coronavirus : magasins de tissus débordés à Grenoble, les élastiques en rupture de stock

A Grenoble comme ailleurs, les Français sont nombreux à s'approvisionner dans les magasins de tissus pour confectionner des masques. Depuis leur réouverture, la demande explose. A tel point que les élastiques viennent à manquer. 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Josselin CLAIR / Maxppp
Pour permettre aux Français de confectionner des masques en tissu durant le confinement, le gouvernement a autorisé par décret les "commerces de détail de textiles en magasin spécialisé" à rouvrir leurs portes depuis le 24 avril.

Après six semaines de fermeture, Sylvie Meynal, patronne de la mercerie "Au petit Lyon" à Grenoble, a donc repris le travail dès le lendemain. Dès l'ouverture, sa boutique a été prise d'assaut par des couturiers amateurs désireux de confectionner des masques de protection.

Même constat chez "Natacha Tissus" à l'espace Comboire d'Echirolles où, entre les commandes des particuliers et des mairies, l'activité a été soutenue toute la semaine qui a suivi la réouverture. Dans le centre-ville de Grenoble, le magasin spécialisé Toto voit lui défiler "300 ou 400 personnes par jour", selon son responsable Dominique Bourcier. Soit "deux fois plus "qu'avant le confinement.  
   

Les élastiques en rupture de stock

Pour confectionner des masques, les clients achètent tissu et élastiques en quantité. "Certains me prennent 20 ou 30 mètres d'élastiques", constate Sylvie Meynal. "On vend entre 3000 et 4000 mètres d'élastiques par jour dans nos deux boutiques", estime Philippe Raimondo, gérant de "Natacha Tissus". 

"La semaine dernière, on a pu fournir 80.000 mètres d'élastiques grâce à notre stock", poursuit-il. Son enseigne a en effet été sollicitée par plusieurs municipalités, dont celle de Chambéry, qui prévoient de fabriquer des masques pour les distribuer à leurs administrés. 
 

Et la demande est telle que l'offre vient à manquer. "Je suis en rupture de stock d'élastiques", regrette Sylvie Meynal. Mais la commerçante espère une livraison rapide. "J'ai écoulé les élastiques que m'avait réservé mon grossiste mais j'ai passé une commande chez un fabricant qui devrait arriver dès demain".

A Echirolles, Philippe Raimondo a eu du mal à trouver les fameux élastiques et se retrouve lui aussi en rupture de stock. Mais cela ne devrait pas durer très longtemps. Sa commande de 200 000 mètres d'élastiques devrait arriver "demain ou après-demain". 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter