Covid-19 : Eric Piolle réclame plus de "cohérence" de la part du gouvernement avant son entretien avec Jean Castex

Le Premier ministre doit s'entretenir ce jeudi 1er octobre avec les maires de cinq grandes villes de France, dont le maire de Grenoble, pour évoquer de nouvelles mesures locales dans la lutte contre la Covid-19. Eric Piolle se dit "prêt à travailler avec l'Etat".

Eric Piolle à l'université d'été du PS le 29 août à Blois.
Eric Piolle à l'université d'été du PS le 29 août à Blois. © Guillaume Souvant/AFP
"Nous sommes prêts à travailler avec l'Etat". Ce jeudi 1er octobre, Eric Piolle souhaite afficher sa volonté de dialoguer avec le gouvernement. Le maire de Grenoble doit en effet s'entretenir par téléphone avec le Premier ministre Jean Castex à 11h45, pour évoquer la mise en place de potentielles nouvelles mesures de restriction, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

"Objectivement, la situation sanitaire n’est pas bonne", aurait confié l’entourage du Premier ministre selon nos confrères de Franceinfo, pour justifier cet attendu nouveau tour de vis. 

Déjà classée rouge, Grenoble pourrait passer au cran d'alerte supérieur, en rouge écarlate. Avec à la clé, une possible fermeture totale des bars et restaurants comme à Marseille, mais aussi de certains lieux accueillant du public.
 

Grenoble, à un critère du rouge écarlate

Pour atteindre ce niveau, la ville doit cocher trois critères : Les deux premiers critères sont déjà remplis, avec un taux d'incidence de 282, et de 138 chez les plus de 65 ans. Côté réanimation, la situation est également inquiétante, et les principaux établissements de santé de grenoblois ont enclenché le plan blanc ce lundi 28 septembre.
 
Sur Franceinfo, Eric Piolle s'est dit favorable à de nouvelles mesures capables de "protéger les lits de réanimation, protéger l'accès au soin en général pour la population, protéger la vie économique parce qu'un grand nombre de Français et de Française sont tombés dans une grande précarité, et protéger la vie culturelle et sportive pour notre santé mentale".
 

"Comprendre les décisions qui sont prises"

Et pour concilier tous ces éléments, Eric Piolle souhaite "regarder derrière les chiffres des réanimations", qui ne fournissent selon lui qu'un tableau tronqué de la situation sanitaire. Car si ces chiffres ont été communiqués (61 patients hospitalisés dont 19 en soins critiques au CHU Grenoble-Alpes), il manque "les âges, les comorbidités et les lieux où les gens sont contaminés" pour le maire de Grenoble.

Prendre en compte ces critères devrait permettre, selon l'édile, "de prendre des mesures qui ciblent ces zones-là" et de conserver une "cohérence" pour "comprendre les décisions qui sont prises". Eric Piolle met ainsi en cause le gouvernement et une concertation "pas au niveau" avec les élus locaux :

Entrer en résistance n'est pas l'objectif des maires. [Mais il faut] qu'ont n'ait pas l'impression de créer des troubles supplémentaires. Par exemple, quand on ferme les bars, les étudiants ne comprennent pas qu'on leur interdise de faire la fête, et il vont la faire en espace privé, ce que la police ne pourra pas contrôler.

Eric Piolle, maire de Grenoble sur Franceinfo

A Marseille, où le gouvernement a pris la décision de fermer complètement bars et restaurants pour quinze jours, les élus locaux s'étaient insurgés contre un manque concertation la semaine dernière, et nombre de commerçants ont décidé de faire fi des arrêtés préfectoraux.

L'émission matinale de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Ensemble c’est Mieux, fera un point complet sur le coronavirus Covid-19, lundi 5 octobre à 10h45. A l'occasion de cette émission exceptionnelle, nous vous invitons à poser vos questions aux spécialistes réunis sur le plateau. en suivant le lien vers l'article dédié : 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société