VIDÉO. Mort de Victorine Dartois : le suspect est mis en examen pour "meurtre précédé d’une tentative de viol"

Deux jours après l'interpellation d'un homme suspecté d'être impliqué dans la mort de Victorine Dartois, le procureur de Grenoble a fait le point sur l'enquête, ce jeudi 15 octobre. Le suspect a reconnu les faits et a été mis en examen pour "meurtre précédé d’une tentative de viol".

Me Kelly Monteiro, avocate de la famille Dartois, lors de la conférence de presse, à Grenoble, ce jeudi.
Me Kelly Monteiro, avocate de la famille Dartois, lors de la conférence de presse, à Grenoble, ce jeudi. © Margot Desmas - France 3 Alpes
L'affaire Victorine Dartois proche de son dénouement ? Un homme de 25 ans a été arrêté mardi et placé en garde à vue, suspecté d'être impliqué dans la mort de l'étudiante de 18 ans. Deux jours après son interpellation à Villefontaine (Isère), le procureur de la République de Grenoble a annoncé, ce jeudi 15 octobre, qu'il était mis en examen pour "meurtre précédé d'une tentative de viol". Il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet.

Lors du dernier point d'étape, le magistrat avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire des chefs d'"enlèvement, séquestration et homicide volontaire" ainsi que la nomination de trois juges d'instruction. Une cellule d'enquête spéciale avait été créée, mobilisant dix gendarmes. Les investigations ont abouti à l'identification d'un suspect qui a reconnu, lors de sa garde à vue, être impliqué dans la mort de la jeune femme.
 
Victorine Dartois a été tuée alors qu'elle rentrait chez elle au soir du 26 septembre. Son corps a été découvert dans un ruisseau sur une commune voisine de Villefontaine deux jours après sa disparition. La piste accidentelle a été formellement écartée à l'issue de l'autopsie. Moins de trois semaines après le drame, le procureur a précisé les circonstances de la mort de la jeune femme. Des zones d'ombre demeurent.

Retrouvez la conférence de presse du parquet dans cet article ou sur notre page Facebook. Retrouvez également les principales informations à retenir dans notre direct ci-dessous.
 

Ce qu'il faut retenir :

• Lors d'un point presse, organisé ce jeudi 15 octobre, le procureur de la République adjoint, Boris Duffau, a expliqué que le suspect interpellé mardi 13 octobre a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Il a été présenté cet après-midi devant les trois juges instruction qui l’ont mis en examen pour le fait de "meurtre précédé d’une tentative de viol". Il encourt la réclusion à perpétuité. Il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés, conformément aux réquisitions du parquet.

• Sur le déroulé des faits, il a été expliqué que le suspect 25 ans, père de famille, avait bousculé "par hasard" Victorine, lors d'un footing. Une dispute a éclaté, puis il a paniqué avant de l'attaquer et lui "serrer le cou". Il a ensuite déposé le corps dans une rivière. "L’autopsie a révélé une mort par noyade, marques sur le cou confirmant un acte d’étranglement."

• Le jeune homme est ensuite rentré chez lui puis a jeté ses vêtements dans un sac poubelle. Il a ensuite pris une douche. Après cela, il est ressorti pour jeter ses vêtements dans un conteneur. Il n'aurait aucun mobile sinon celui de la rencontre fortuite qui aurait “mal tournée” selon lui.

• Le suspect est également mis en examen pour "tentative de viol". Le pantalon de la victime aurait été retrouvé baissé à ses pieds. L'autopsie n'avait révélé "aucune trace de violence sexuelle", mais qu'il n'est pas "possible à ce stade de l'enquête d'écarter cette hypothèse". Le suspect nie les faits. Mais, selon Maître Monteiro, avocate de la famille : "Tout laisse à penser que ces intentions étaient celle [du viol] avant l’étranglement de la victime."

• Maître Monteiro a assuré que le suspect ne connaissait pas la victime. Celui-ci n'est pas non plus connu de la famille de Victorine Dartois : "C’est un voisinage plutôt éloigné. Ce n'est pas un membre de la famille. (...) Il habite à environ 800 mètres de la famille de Victorine."

• Des zones d'ombre demeurent. L'enquête doit éclaircir, dans les jours à venir, s'il y a eu une tentative de viol sur Victorine Dartois. De plus, des doutes persistent sur les origines de la rencontre entre le suspect et la victime : "La famille n’a pas cru aux déclarations une seule seconde. (...) La famille ne croit pas que Victorine ait pu s’emporter pour mériter le sort qui lui a été réservé", explique Maître Monteiro.

Revivez notre direct :

18h56 - La conférence de presse du procureur de la République, Eric Vaillant, de Boris Duffau, procureur adjoint, et de Maître Monteiro, l'avocate de la famille de Victorine, est terminée.

18h54 - Maître Monteiro, l'avocate de la famille de Victorine évoque une "journée attendue et espérée de tous". Elle explique que les déclarations du suspect ne sont pas satisfaisantes sur le réquisitoire supplétif de tentative de viol : "Tout nous laisse à [y] penser". Elle s'interroge également sur les causes de la rencontre et se montre dubitative sur les explications autour de la "bousculade involontaire". L'avocate assure que la victime ne connaissait absolument pas le mis en examen.

18h49 - Eric Vaillant assure qu'il n'y a pour le moment pas d'autres suspects : "A ce jour les éléments d’enquête nous laissent penser qu’il était absolument seul lors des faits. Il n'y a pas de raison d’en douter pour l’instant."

18h46 - Boris Duffau explique les procédures judiciaires en cours : "Il a été présenté cet après-midi devant les trois juges instruction qui l’ont mis en examen, pour le fait de meurtre précédé d’une tentative de viol. Il encourt la réclusion à perpétuité. Il est présenté devant le juge des liberté pour statuer." De plus, le suspect est mis en examen pour tentative de viol. Le pantalon de la jeune fille a été retrouvé baissé à ses pieds. Le mis en examen nie ces actes. Le procureur adjoint explique que le discours du mis en examen n'est pas satisfaisant.

18h42 - Boris Duffau poursuit sur le déroulé des faits : "Il a reconnu avoir croisé le chemin de Victorine alors qu’il pratiquait un footing. Une dispute aurait éclaté après une bousculade involontaire. Il a paniqué puis lui a serré le cou. L’autopsie a révélé une mort par noyade, des marques sur le cou confirmant un acte d’étranglement."

18h39 - Boris Duffau, procureur adjoint de la République de Grenoble, évoque l'identité du mise en examen : "Les recherches se sont accélérés avec le témoignage d’un proche du suspect qui a déclaré avoir reçu des confidences de ce dernier.  Je peux vous confirmer qu’il s’agit de Ludovic Bertin, âgé de 25 ans, gérant d’une entreprise, père d’un fils en bas age, déjà condamné à une dizaine de reprises pour des délits de droit commun."

18h35 - Eric Vaillant évoque le rôle de la presse dans cette affaire : "La divulgation des aveux du suspect nous a clairement gêné. Je vous remercie de ne pas avoir publié le nom du suspect, qui circule depuis plusieurs jours sur les réseaux. L’instruction va se poursuivre."

18h30 - Le procureur de Grenoble, Eric Vaillant, vient d'arriver. Il s'est dit "soulagé", ainsi que les enquêteurs et la famille, de l'arrestation d'un homme de 25 ans qui a reconnu les faits.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société