Eric Dupond-Moretti sur des sachets de cannabis : dernière trouvaille marketing des trafiquants de drogue grenoblois

La police de Grenoble a découvert des sachets de cannabis prêts à la vente dans une voiture vendredi soir. Sur le paquet, une caricature représente l'actuel ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

Après la livraison à domicile ou les clips sur les réseaux sociaux, les trafiquants n'en finissent plus d'innover pour se démarquer et vendre leurs produits illicites. Des sachets d'herbe de cannabis, à l'effigie d'Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, ont été découverts dans un véhicule lors de l'interpellation d'un homme vendredi soir en banlieue de Grenoble, a indiqué la police ce samedi.

Le suspect, placé en garde à vue, avait quitté précipitamment une voiture à l'approche des policiers municipaux d'Échirolles, vers 23H30.

À l'intérieur du véhicule, les policiers du Groupe d'appui judiciaire ont découvert "une savonnette de résine de cannabis, 86 barrettes de résine, 10 sachets d'herbe de cannabis et sept pipettes de cocaïne, le tout conditionné pour la vente", selon la police qui précise que "les sachets d'herbe sont à l'effigie de l'actuel ministre de la Justice".
 

 

Vidéos, caricatures, livraisons à domicile... le marketing des trafiquants de drogue


Une photo de l'un d'eux, diffusée par la Direction départementale de la Sécurité publique en Isère, montre une caricature d'Eric Dupond-Moretti, représenté en tenue d'avocat. Elle semble empruntée à la dessinatrice de presse Miss Lilou, d'après une recherche de l'AFP sur internet.

Cette découverte n'est pas sans rappeler l'affaire du clip de rap tourné avec des trafiquants de drogue armés dans la cité Mistral à Grenoble en septembre 2020.

Comme France 3 Alpes l'avait démontré lors de notre enquête sur "la livraison à domicile", les vendeurs de drogue utilisent, eux aussi, les codes du marketing pour attirer les consommateurs de produits illicites en mettant en avant, par exemple leur service "Ubershit", en référence à "Ubereat". Il n'est d'ailleurs pas rare de trouver sur Snpachat des annonces de vente de cannabis ou de cocaïne. 
 


La réaction du procureur de la République

"Les dealers grenoblois ont de l'humour mais restent quand même des trafiquants de stupéfiants qui vendent des produits illicites et dangereux, font vivre dans la peur les honnêtes gens des quartiers qu'ils dominent et exploitent la misère humaine", a commenté sur Twitter le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant, suite à la publication de nos confrères du Dauphiné Libéré.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers police société sécurité