• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Homophobie : le GF38 condamné pour le déploiement d'une banderole polémique lors de son match contre Lens

Une partie de la banderole polémique déployée le 20 avril dernier lors du match entre le GF 38 et le RC Lens / © Ludovic Maillard - Maxppp
Une partie de la banderole polémique déployée le 20 avril dernier lors du match entre le GF 38 et le RC Lens / © Ludovic Maillard - Maxppp

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a condamné le GF38 à 10 000 euros d'amende. En cause, une banderole déployée par des supporters grenoblois qui avait relancé la polémique sur l'homophobie dans les stades.

Par Yann Gonon

Le GF38, le club de football de Grenoble, écope d'une amende de 10 000 euros pour l'affaire de la banderole déployée lors de son match contre Lens le 20 avril dernier. Une banderole qui avait choqué et qui avait relancé le débat sur l'homophobie dans les stades.

Les faits remontent au samedi 20 avril. Ce soir là, Grenoble accueille le RC Lens au Stades des Alpes. Les supporters grenoblois des Red Kaos se font rapidement remarquer en déployant une banderole en 3 parties. On peut y lire : '"L'homophobie est un fléau - qui mérite mieux que des polémiques honteuses - RT d'ailleurs bon anniv les PD". Le collectif Rouge Direct, qui dénonce les actes et propos à caractère homophobe dans le foot, tweete un montage photo qui montre l'intégralité de la banderole.
 

Les réactions indignées s'étaient multipliées. Le collectif Rouge Direct avait interpellé la Ligue de football professionel (LFP) et la Licra, rappelant que "quel que soit le contexte, "PD" reste une injure homophobe".  

Interrogé par nos confrères du Dauphiné Libéré, le manager général du GF38 Max Marty avait estimé que cette banderole était « insupportable et inadmissible. »

Les supporters grenoblois se sont rapidement expliqués. Réfutant toute accusation d'homophobie, ils ont affirmé que leur intention était d'apporter un "soutien" aux supporters lensois, dont l'un des membres est accusé d'homophobie. Les Lensois des Red Tigers sont en effet dans le viseur de la justice de la LFP à la suite de chants "provocateurs, à possible caractère homophobe", selon le parquet de Béthune. 

La LFP n'a semble-t-il pas été convaincue par les arguments des supporters, ni par les explications du GF 38. Le club a été condamné à 10 000 euros d'amende lors de la commission de discipline de la ligue qui s'est tenue hier, jeudi 2 mai 2019.

Le Club de Lens a quant à lui écopé de 30 000 euros d'amende à cause des feux d'artifice lancés sur la pelouse par ses supporters.
 

Sur le même sujet

Championnat du monde de pêche à la truite

Les + Lus