Grenoble : le centre d'innovation ouverte du CEA se rêve en MIT français

Vendredi 31 janvier, le commissariat à l'énergie atomique de Grenoble a inauguré son premier centre d'innovation ouverte. Son but : développer des nouvelles technologies grâce aux entreprises et à la recherche locales.
Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) a inauguré vendredi 31 janvier, à Grenoble, son premier centre d'innovation ouverte, baptisé Y.SPOT, avec l'ambition de développer des innovations technologiques de rupture en s'adossant au socle d'entreprises et de recherche locales.

"On s'est inspirés de lieux d'innovation comme le MIT (Massachussets Institute of Technology, aux États-Unis) en l'adaptant à la réalité européenne", a déclaré Stéphane Siebert, directeur de la recherche technologique du CEA.
 


Un coût initial de 17 millions d'euros

Ce projet, lancé en 2017 par le CEA, a demandé un investissement initial de 17 millions d'euros provenant notamment de la région Auvergne-Rhône-Alpes (6 millions) et du département de l'Isère (4 millions). Il est situé dans la presqu'île scientifique de la ville où se concentrent des lieux de recherche (CEA, Synchrotron, Minatec), des entreprises et des écoles.

Ce nouveau bâtiment, dit Y.SPOT Labs, regroupe en un seul lieu des moyens de prototypage rapide, des plateaux d'innovation et des salles de créativité.

Il accueille notamment un espace doté d'une imprimante 3D - un équipement industriel de fabrication additive thermoplastique - de l'américain Hewlett Packard (HP), implanté à Grenoble depuis 1971.


Rossignol, Renault, Arkéma, HP...

"Avec cette 4e révolution industrielle, le digital manufacturing, on va pouvoir fabriquer des pièces en petite série qui soient économiquement viables. Pour les PME, cela veut dire s'exonérer du prototypage ! Cela va libérer un potentiel de créativité", a déclaré Pascale Dumas, PDG de HP France.

Au sein de ce "Hub 3D Print", le CEA et HP travaillent déjà avec Renault, l'Oréal, Siemens, Arkéma ou encore General Electric. Le groupe Rossignol est aussi de la partie, celui-ci ayant noué en 2015 un partenariat de cinq ans avec le CEA. "On traque les dixièmes de seconde qui font les médailles de nos champions" de ski, a résumé Nicolas Puget, directeur recherche et innovation.
 
Dans une vidéo, le biathlète multi-primé Martin Fourcade a rappelé que "le matériel était un domaine où on ne pouvait pas être en retard". "Le coeur d'un ski est un nid de technologie, alors continuez à chercher et surtout à trouver!", a-t-il lancé.


Un second bâtiment livré en 2021

Le Y.SPOT est aussi là pour aider des entreprises à se réinventer : "un fabricant de filtres diesel est venu en disant 'dans 5 ans, je suis mort, comment me transformer?'", a rapporté Philippe Caillol, responsable du studio d'innovation de la structure.

Le projet global Y.SPOT sera complété par un second bâtiment en construction et qui sera livré en 2021, dit Y.SPOT Partners. Il accueillera des partenaires et acteurs de la création d'entreprises, porté par le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, qui occupera 20% des futurs locaux avec son incubateur de jeunes pousses "Village by CA", la CDC par le biais de la Banque de territoires et Mutualia.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture technologies économie innovation