Grenoble : deux enquêtes ouvertes après l'incendie qui a failli coûter la vie à deux enfants à la Villeneuve

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes après l'incendie qui a failli coûter la vie à deux enfants dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble. L'une pour déterminer les causes du sinistre et l'autre pour "délaissement d'enfants". Où en sont les enquêtes ? Le procureur a fait le point ce jeudi.

Immeuble du quartier de l'Arlequin à la Villeneuve à Grenoble
Immeuble du quartier de l'Arlequin à la Villeneuve à Grenoble © France 3 Alpes
Deux enquêtes ont été ouvertes, sous la direction du parquet de Grenoble, après le sauvetage miraculeux de deux enfants qui s'étaient jetés par la fenêtre pour échapper aux flammes dans leur appartement mardi. L'une pour "délaissement d'enfants", l'autre pour déterminer les circonstances de l'incendie. Ce jeudi, en début d'après-midi, le procureur de Grenoble fait le point.

L'incendie s'est déclaré au 3è étage d'un immeuble de la galerie de l'Arlequin. Deux enfants, âgés de 3 et 10 ans, se trouvaient seuls dans l'appartement qui a pris feu. Pour s'en sortir, les enfants ont sauté par la fenêtre avant d'être récupérés, une quinzaine de mètres plus bas, par des habitants du quartier. Sains et saufs, ils ont pu être entendus par les enquêteurs. Selon le procureur de Grenoble, leurs témoignages n'ont pas permis de déterminer les circonstances du sinistres. "Les auditions des parents et des enfants n’ont pas permis d’obtenir de précisions sur la cause exacte de l’incendie, les enfants indiquant ne pas avoir joué avec des cigarettes, des allumettes ou un briquet et les parents précisant que ces objets n’existaient pas à leur domicile" précise Eric Vaillant. Pour en savoir plus, il faudra donc attendre les résultats des relevés effectués par la police scientifique.

Concernant la deuxième enquête pour "délaissement d'enfants", elle est aussi toujours en cours. Les parents ont expliqué aux enquêteurs que la mère s'était absentée vers 11 heures pour aller faire des courses et le père serait parti à son travail vers 11h30. A priori, elle devait rentrer avant le départ du mari mais a eu un peu de retard. Les enfants n'étaient donc pas censés rester seuls.

Le procureur indique que le parquet a demandé une évaluation sociale complémentaire concernant la famille. Les enfants ont été laissés à la garde de leurs parents.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers police société sécurité