Grenoble : deux hommes écroués pour "violences avec armes" à l'encontre d'un réfugié afghan, lors d'une manifestation

Les faits remontent au 19 septembre entre 22 h et 23h. Un réfugié afghan de 21 ans avait déposé plainte pour des violences commises à son encontre à Échirolles puis Seyssins, lors d'une manifestation en faveur du commandant Massoud. Deux hommes ont été mis en examen et écroués, indique le parquet

Ce réfugié afghan de 21 ans avait déposé plainte pour des violences commises à son encontre à Échirolles puis Seyssins dimanche 19 septembre entre 22 h et 23h.

" Il avait expliqué avoir été pris à partie avec deux de ses connaissances de 25 et 26 ans suite à sa participation à une manifestation en faveur du commandant Massoud quelques jours auparavant à Grenoble" indique le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant.

Les violences ont d’abord eu lieu à Echirolles puis se sont poursuivies à Seyssins devant le domicile de l'agressé. L'enquête a été menée sous l’égide du parquet par les gendarmes de la brigade de Seyssinet-Pariset et de la brigade des recherches de Grenoble.

Deux agresseurs , deux frères afghans de 20 et 22 ans, en France depuis 2019, titulaires d’une carte de séjour, parmi la quinzaine présente sur les lieux ont été interpellés et présentés ce dimanche 26 septembre devant le juge d’instruction.

"Ils reconnaissent leur présence sur les lieux mais nient avoir porté des coups. Ils nient également soutenir les talibans et le motif politique de la bagarre. Ils prétendent être intervenus pour aider un ami mineur qui aurait été insulté à l’occasion d’une partie de football".

Ils ont été mis en examen par le juge d’instruction pour "menaces de mort, violences avec armes et en réunion". L'enquête se poursuit sur commission rogatoire pour identifier et interpeller d'autres participants à ces violences. Le juge des libertés et de la détention les a placés en détention provisoire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société