Grenoble : une enquête pour favoritisme ouverte concernant l'organisation de la fête des tuiles

La première édition de la fête des tuiles le 6 juin 2015. / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP.
La première édition de la fête des tuiles le 6 juin 2015. / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP.

La mairie de Grenoble a-t-elle privilégié une association pour l'organisation de la fête des tuiles ? Selon nos confrères du Dauphiné Libéré, une enquête préliminaire pour favoritisme a été ouverte et confiée au parquet de Valence. Pour Eric Piolle, il s'agit dune nouvelle attaque "politique".

Par Yann Gonon

La conférence de presse du maire de Grenoble est maintenue ce mercredi 30 mai 2018 en début d'après-midi. Eric Piolle doit présenter la nouvelle édition de la Fête des Tuiles prévue le 9 juin prochain et il risque aussi de devoir s'expliquer sur l'enquête ouverte pour "favoritisme".

L'information dévoilée par le Dauphiné Libéré  Selon nos confrères, une enquête préliminaire pour favoritisme a été ouverte concernant l'organisation de la Fête des Tuiles. C'est un "signalement" de la cour régionale des comptes auprès du procureur de la République de Grenoble qui aurait déclenché l'ouverture de cette enquête.

Contacté par la rédaction de France 3 Alpes, le parquet de Grenoble n'a pas souhaité commenter cette information. Il indique que le dossier a été délocalisé et confié au parquet de Valence.

L'organisation de la Fête des Tuiles en 2015 et 2016 a-t-elle été confiée à l'association "Fusées" sans mise en concurrence et sans faire de publicité "comme la loi l'y oblige" ? s'interroge le Dauphiné Libéré.

Pour Eric Piolle, qui a accepté de répondre à nos questions, il s'agit "d'une nouvelle attaque de nos adversaires politiques". Le maire de Grenoble indique qu'il n'a pas encore été invité à s'expliquer devant la justice. Sur le fond, il explique : "nous avons suivi la procédure des achats de création artistique, de spectacles".

Le coût de la manifestation avait déjà donné lieu à polémiques. Lors de la première édition, la facture avait atteint plus de 350 000 euros.


A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus