A Grenoble, un homme soupçonné de viol, zoophilie et pédopornographie a été incarcéré

L'information a été révélée par la parquet de Grenoble. Un Grenoblois de 31 an a été placé en détention provisoire ce jeudi 25 juin. Il a été mis en examen pour les crimes de viols par concubin et des délits d'actes de cruauté envers des animaux et détention d'images pédopornographiques.

Un homme de 31 ans a été interpellé à Grenoble. Il est soupçonné de zoophilie, pédopornographie et viol.

Tout a commencé par une plainte, déposée le 16 juin dernier, par deux associations de défense des animaux ( Mi-chien Mi-loup et Animal Cross) dénonçant des actes de cruauté envers des animaux, commis par un particulier.

Le procureur de la République de Grenoble a immédiatement ouvert une enquête. Et rapidement, les policiers ont recueilli les plaintes de deux personnes ayant été concubins de l'individu. Chacune dénonçait avoir subi des faits de viols et d'avoir été témoin de sévices graves commis par leur compagnon de l'époque sur des animaux.

Le suspect a été interpellé le 23 juin à son domicile grenoblois et placé en garde à vue. Les enquêteurs ont retrouvé chez lui de nombreux supports informatiques contenant notamment des images de zoophilie et pédopornographiques.

A l'issue de sa garde à vue, le suspect a été présenté à un juge d'instruction pour être entendu. Il a été mis en examen pour les crimes de viols par concubin, et les délits d’actes de cruauté envers des animaux et détention d'images pédopornographiques, avant d'être placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet.

L'enquête se poursuivra sur commission rogatoire.


 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité