Grenoble : quel avenir pour les Galeries Lafayette après l'annonce de leur rachat ?

Onze magasins Galeries Lafayette devraient être cédés dans les prochains mois en France, dont celui de Grenoble. La direction promet qu'il n'y aura pas de suppressions d'emplois, mais les syndicats restent inquiets.
Les Galeries Lafayette de Grenoble devraient être cédées à un groupe lyonnais début 2022.
Les Galeries Lafayette de Grenoble devraient être cédées à un groupe lyonnais début 2022. © Yann Gonon / France 3 Alpes

Les Galeries Lafayette de Grenoble vont changer de mains. Début 2022, l'enseigne devrait être cédée à un groupe lyonnais, la Société des grands magasins (SGM). Cette dernière, qui détient et exploite une dizaine de centres commerciaux de centre-villes en France, reprendrait sept enseignes dont celui de Grenoble. "Ce partenaire est intéressé pour investir (...) tout en gardant une empreinte territoriale de l'enseigne. Cela induit un maintien de l'exploitation et de l'emploi. C'est donc une bonne nouvelle", assure la directrice Galeries Lafayette de Grenoble, Nadège Chevallier.

Cette cession intervient alors que le groupe Galeries Lafayette souffre d'une baisse d'activité depuis le début de la pandémie. Il aurait perdu la moitié de son chiffre d'affaires en 2020. Selon la direction, la vente des murs et du fonds de commerce va permettre de redynamiser le magasin. Il s'agit "d'une opportunité patrimoniale rare", selon le président de la SGM Frédéric Merlin. Dans un communiqué, il se réjouit de ce projet qui "ancrera (son) groupe comme un acteur engagé du commerce de centre-ville en France".

Grenoble : quel avenir pour les Galeries Lafayette après l'annonce de leur rachat ?

 

"Retrouver une dynamique locale"

L'opération "vient d'être présentée aux instances représentatives du personnel", mais ces promesses ne dissipent pas les inquiétudes des syndicats. "La direction de Paris est venue nous voir en disant qu'on ne serait pas du tout revendus, qu'on n'avait aucun souci à se faire. Mais à ce jour, on voit que ce n'est pas le cas. Nous nous sentons trahis", estime Amel Khattali, élue CGT et secrétaire adjointe du comité social économique (CSE) des Galeries Lafayette. "Cette société (la SGM) ne connaît pas le côté commercial des structures des grands magasins, ajoute Maria Mihailovic, secrétaire du CSE et élue CGT. Pour l'instant, on n'a aucun aperçu de l'avenir."

En France, 11 magasins Galeries Lafayette pesant environ 200 millions d'euros de chiffre d'affaires devraient passer en franchise. "Nous continuerons à faire rayonner la marque et le savoir-faire mode des Galeries Lafayette au cœur des villes françaises de taille moyenne, tout en permettant aux magasins concernés de retrouver une dynamique locale grâce au concours de partenaires très engagés", a promis le directeur général des Galeries Lafayette, Nicolas Houzé. L'enseigne grenobloise, implantée depuis 1903, compte aujourd'hui plus de 200 salariés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie crise économique emploi