A Grenoble, le Synchrotron ESRF fête ses 30 ans

Le Synchrotron ESRF de Grenoble est un super générateur de rayons X, produits en accélérant des électrons à la vitesse de la lumière. Il permet d'étudier le coeur de la matière. En 30 ans, plus de 30 000 travaux ont été publiés. Et d'ici 2020, le Synchrotron va multiplier sa puissance par 100.

 

L'anneau du Synchrotron grenoblois en construction en 1990
L'anneau du Synchrotron grenoblois en construction en 1990 © ESRF
 
durée de la vidéo: 01 min 21
Le Synchrotron a 30 ans

En 1988, onze pays d'Europe se mettent d'accord pour créer un outil scientifique en commun, qui va prendre la forme d'un immense anneau : le Synchrotron. A l'intérieur, une source de lumière de « troisième génération », la plus performante au monde et la plus intense.

Le Synchrotron grenoblois ou ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) produit des rayons X 100 milliards de fois plus brillants que les rayons X utilisés à l'hôpital pour vous faire une "radio".

Ces rayons X sont produits dans ce fameux anneau de 844 mètres de circonférence, en accélérant à une vitesse proche de celle de la lumière des électrons bourrés d'énergie.

Autour de l'anneau, on trouve plus de quarante laboratoires où sont menées des recherches de très haut niveau. Leur cible : le coeur de la matière.
 
A l'intérieur de l'anneau du Synchrotron, on découvre les caissons jaunes danslesquels circulent les électrons accélérés. Plus près de nous, dans les caissons blancs, les laboratoires de recherche.
A l'intérieur de l'anneau du Synchrotron, on découvre les caissons jaunes danslesquels circulent les électrons accélérés. Plus près de nous, dans les caissons blancs, les laboratoires de recherche. © L. Blache/France 3 Alpes

En 30 ans, l'éventail des recherches n'a cessé de s'élargir : chimie, physique des matériaux, paléontologie, archéologie et patrimoine culturel, biologie structurale et santé, sciences de l'environnement, sciences de l'information et nanotechnologies.

De l'étonnante anatomie de l'Halszkaraptor, le premier dinosaure amphibie, au décryptage des papyrus antiques carbonisés dans l'éruption du Vésuve. Sans oublier des découvertes dans le domaine de la santé humaine.
 
10 000 scientifiques de 50 nationalités différentes se relaient jour et nuit dans les laboratoires pour mener à bien ces recherches. 
 
Les 30 ans de l'ESRF

Grâce à la brillance et la qualité de ses rayons, l'ESRF fonctionne comme un super microscope, qui "filme" la position et le mouvement des atomes. Il révèle ainsi la structure de la matière vivante dans toute sa complexité et toute sa beauté.
 
Le futur accélérateur d'électrons. On distingue les aimants couleur cuivre qui contraignent les particules à rester groupées.
Le futur accélérateur d'électrons. On distingue les aimants couleur cuivre qui contraignent les particules à rester groupées. © L. Blache/France 3 Alpes

Après 20 ans de succès scientifique, l'ESRF s'est lancé dans un programme ambitieux de modernisation en deux phases, "l'Upgrade Programme" : Phase I (2009-2015) et le projet ESRF-EBS -"Extremely Brilliant Source"- (2015-2022), représentant un investissement de 330 millions d'euros, pour une source de rayons X plus intense, plus cohérente et plus stable.

Pour installer le tout dernier accélérateur, les chercheurs devront tout de même se priver de Synchrotron pendant 20 mois. Une pause à l'échelle du chantier.
 
Le Synchrotron fête ses 30 ans






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche sciences sorties et loisirs technologies