Grenoble : une fusillade, des rues bloquées et des écoliers confinés, un homme interpellé par la police

Publié le
Écrit par Antoine Belhassen .

Plusieurs rues au sud de Grenoble ont été bloquées, ce jeudi 7 avril, après qu'un homme a été aperçu avec une arme de poing dans la rue. Selon la police, il aurait tiré en l'air, crié "Allahou akbar" dans le quartier et poursuivi deux individus situés près d'un point de deal. Le suspect a été interpellé.

Des habitants et des écoliers en lisière des quartiers Abbaye et Teisseire, à Grenoble, ont vécu une après-midi pas comme les autres, ce jeudi 7 avril, marquée par une fusillade et l'interpellation de deux hommes, âgés de 50 et 22 ans.

Aux environs de midi, la directrice de l'école du Grand Châtelet a appelé la police. Une mère d'élève signale qu'un individu aurait fait usage d'une arme à feu dans le quartier. Du moins, c'est ce qu'assure la sœur de cette personne.

L'individu, encagoulé, aurait même crié "Allahou akbar" dans le quartier, selon la police, avant de faire feu avec son arme de poing.

Plusieurs équipages sont dépêchés sur place. Des rues du quartier sont bouclées. Des élèves sont confinés dans les écoles. Mais, rien : aucun individu suspect n'est aperçu dans le secteur.

Deux personnes poursuivies

La police décide alors de faire de l'introspection. Une équipe de la brigade anticriminalité (BAC) se rapproche de deux jeunes sur un point de deal. Ils affirment avoir été approchés par un homme encagoulé, blouson marron sur le dos, béret vissé sur la tête et une bombe lacrymogène à la main, qu'il aurait utilisé contre eux.

L'individu aurait ensuite sorti son arme "de type revolver", d'après les forces de l'ordre, avant de tirer en l'air. Les deux dealeurs ont ensuite pris la fuite, suivis de près par cet inconnu.

Au terme de quelques instants, celui-ci est parti à pieds. Mais les deux témoins l'ont, à leur tour, suivi de près et l'ont vu rentrer dans un immeuble rue Marius Blanchet, à Grenoble.

Des propos confus

C'est dans cet endroit que les équipes de la BAC et de la compagnie d'intervention décident d'intervenir. Dans le même temps, l'homme suspecté appelle la police. Il explique avoir reçu un SMS évoquant une fusillade et qu'il n'y est pour rien. Ses propos sont confus et son profil correspond au signalement du tireur.

Contacté, son fils explique que son père est bien détenteur d'une arme à feu, mais qu'elle ne serait pas chargée. Autant d'éléments qui poussent la police à interpeller le père, âgé de 50 ans, et son fils de 22 ans, à leur domicile.

Au terme de cette intervention, les écoliers ont pu reprendre les cours, les rues du quartier ont été rouvertes. Des impacts de balles ont été relevés au 6 rue Charles Rivail. "Il pourrait s'agir d'impacts de billes d'acier", indique la police.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité