La grève pour le climat rassemble plusieurs centaines de jeunes à Grenoble

Lycéens et étudiants grenoblois étaient mobilisés lors de la grève pour le climat. / © France 3
Lycéens et étudiants grenoblois étaient mobilisés lors de la grève pour le climat. / © France 3

Les jeunes ont de nouveau défilé dans les rues de Grenoble pour demander des politiques concrètes contre le réchauffement climatique. Pour cette 3e semaine de mobilisation, le mouvement s'organise.

Par @F3Alpes

Des centaines de lycéens et étudiants grenoblois ont pris part, ce vendredi 29 mars, à une "grève" des cours et manifesté dans les rues de la capitale des Alpes pour exiger des décisions politiques contre le changement climatique. Il s'agit de la troisième manifestation des jeunes pour le climat organisée par le collectif "Fridays For Future" à Grenoble.

La première grève mondiale, organisée le vendredi 15 mars, avait rassemblé près de 3 000 personnes. Cette semaine, le cortège est parti à 14h du parc Paul-Mistral, rassemblant de jeunes grenoblois de tous les âges. Ils ont ensuite fait un sit-in boulevard Gambetta avant de se rendre place Victor Hugo. Si la mobilisation est en nette baisse par rapport à la première manifestation, le mouvement s'organise.
 

Cette semaine signe effectivement le lancement officiel de "Fridays for Future Grenoble" qui organise ces manifestations. "Un mouvement de jeunes du monde entier qui se mobilise face aux crises climatiques et enjeux environnementaux d'aujourd'hui", indiquent les membres du mouvement, précisant que leur engagement est "apolitique".

Une réponse à l'appel lancé par la militante Greta Thunberg qui a impulsé la grève hebdomadaire de l'école. La Suédoise s'est fait connaître en brandissant seule tous les vendredis une pancarte "grève de l'école pour le climat" devant le Parlement de Stockholm. Peu à peu, son initiative a gagné plusieurs pays et des milliers de jeunes ont commencé à descendre dans la rue chaque semaine.
 
Présentation du mouvement Fridays For Future

"Notre objectif, c'est de construire le meilleur futur possible - ou le moins pire selon les points de vue - au plus grand nombre de personnes, à commencer par nous", estime le collectif. "Les grèves et les manifestations sont la base du mouvement, mais aujourd'hui, ça ne nous paraît pas suffisant", poursuit un de ses membres, invitant les jeunes à agir "à leur échelle pour construire un nouveau modèle de société" et à sensibiliser leur entourage.

 

Sur le même sujet

Investissement chinois dans la Plaine de l'Ain

Les + Lus