Incendie de l'église Saint-Jacques à Grenoble : la revendication sur un site anarcho-libertaire étonne le parquet

Le bâtiment en bois avait été complètement détruit / © Yann Gonon - France 3 Alpes.
Le bâtiment en bois avait été complètement détruit / © Yann Gonon - France 3 Alpes.

L'incendie de l'église Saint-Jaques à Grenoble était-il finalement criminel ? La piste accidentelle était clairement privilégiée mais un groupe anonyme le revendique sur un site anarcho-libertaire. Le parquet de Grenoble s'étonne mais prend tout de même cette revendication au sérieux.

Par Yann Gonon

Véritable signature ou revendication "opportuniste" ? La question est posée après la publication d'un texte ce mardi 22 janvier 2019 sur un site anarcho-libertaire. Un mystérieux groupe affirme être l'auteur de l'incendie qui avait complètement détruit l'église Saint-Jacques à Grenoble dans la nuit du 16 au 17 janvier dernier.

C'est le site internet Place GRE'NET qui a repéré la revendication sur le site internet anarcho-libertaire sur lequel plusieurs autres incendies, comme celui de la Casemate ou celui de la gendarmerie de Meylan, ont déja été revendiqués. Un groupe qui se baptise "Des courts-circuits" écrit "nous avons débridé nos rages en incendiant l'église St Jacques à Grenoble".
 

Dans leur texte, les auteurs prétendent s'attaquer à un symbôle religieux "dans un pays particulièrement complaisant envers l'église chrétienne"

Cette revendication doit-elle être prise au sérieux ? "Nous la prenons en compte mais avec un certain étonnement" explique Eric Vaillant, le nouveau procureur de Grenoble que nous avons contacté ce mercredi matin. Les premières investigations menées après l'incendie semblaient en effet devoir orienter l'enquête vers la piste accidentelle. De source proche du dossier, on évoquait même une "piste accidentelle privilégiée à 95 %".
 

Cette revendication est "en contradiction avec les premières conclusions de l'enquête" poursuit le procureur de Grenoble qui n'exclut pas une "revendication opportuniste".

Quoi qu'il en soit, le parquet indique la prendre "au sérieux". Et de conclure : "elle devra nous inciter à rester vigilants sur les investigations toujours en cours".

 

Sur le même sujet

Souffrance au travail chez les agents de la région Auvergne Rhône-Alpes

Les + Lus