• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Depuis 30 ans, des isérois fabriquent eux-mêmes leurs masques et costumes pour défiler au fameux Carnaval de Venise. Cette année, ces "Ineffables" se sont surpassés. Nous les avons suivis au coeur du Carnaval, où leurs créations insolites ont eu énormément de succès ! Une série signée JC Pain, YM Glo et Azedine Kebabti. 

Quatre mois de travail à l'atelier


Chez les Ineffables, le Carnaval, ça commence... par le masque. C'est Christine, la plasticienne du groupe, qui créée sur mesure un masque pour chacun. Avec de la bande plâtrée d'isolation ! 

Les Ineffables commencent à fabriquer leur tenue en septembre. Pour défiler en février. Ils se retrouvent trois fois par semaine dans leur petit atelier de Saint-Martin d'Hères, bourré à craquer des accessoires les plus incroyables. Corde à piano, éponges de douche, tubes de perfusion, papier papillotes, entre autres.

Joëlle et David arborent des masques particulièrement sophistiqués / © Gernot Mueller / The luxxury media
Joëlle et David arborent des masques particulièrement sophistiqués / © Gernot Mueller / The luxxury media

En fait, les Ineffables récupèrent et détournent des objets délaissés. Ils sont les rois du recyclage, de la transformation, de la métamorphose. Ils osent tout imaginer, à partir de presque rien. 

C'est aussi une histoire collective. Tous participent à la création de chacun. Du jardinier au chercheur, du maçon à l'infirmière. Pour eux, chacun d'entre nous est capable de créer. Il suffit d'essayer !

Cette année, pour leur trentième anniversaire, les Ineffables se sont lancés un défi : inventer des "machines ébouripoustouflantes". Des masques motorisés, avec musique s'il vous plaît !

Les Ineffables au Carnaval de Venise 1/4



Un voyage plein de rêves et de souvenirs


C'est enfin le grand soir, les Ineffables s'en vont au Carnaval de Venise. Après quatre mois de travail à l'atelier, les voilà qui embarquent tant bien que mal. Il faut faire entrer dans le bus tous les masques et les costumes, précautionneusement emballés dans des malles à toute épreuve. Attention fragile !

Tous se réjouissent de partir pour une nuit de voyage et de rêves. Venise, c'est l'aboutissement de leur création. Venise, la reine des masques, un autre-espace-temps, la cité miraculeuse, un Empire surgi des marécages.

La Sérénissime fut en effet fondée par des continentaux qui fuyaient les cavaliers barbares. Dans cette lagune, sur ces îlots, les Vénitiens bâtirent la plus grande puissance de la Méditerranée. Du XIème au XVIème siècle, ce fut le principal intermédiaire du négoce entre Orient et Occident. 

Pour sa première participation, Carine s'est transformée en oiseau bleu.  / © Véronique Wattiaux
Pour sa première participation, Carine s'est transformée en oiseau bleu. / © Véronique Wattiaux

Grâce aux Ineffables, quatre petits "nouveaux" vont vivre en 2018 leur premier Carnaval. Martine, aide-soignante, Carine, orthophoniste, Rosalie et Daniel, qui a passé toute sa carrière sur les chantiers. Pour eux, l'expérience est encore plus excitante. 

Mais l'aventure vénitienne des Ineffables a commencé en 1989. Pour leur premier Carnaval, sur le thème de la mer, le magazine Thalassa les avait suivi jusqu'à Venise. découvrez des images pleines de poésie. Quand la brume estompe la lagune...

Les Ineffables au Carnaval de Venise 2/4



Bain de foule place Saint-Marc


Dès la sortie de l'hôtel, au coeur de la cité des Doges, les Ineffables en grande tenue sont pris d'assaut par les touristes émerveillés. 

Leurs créations insolites n'y sont pas pour rien. Jusqu'à la place Saint-Marc, qui peut contenir jusqu'à 100 000 personnes, nous nous frayons un passage dans leur sillage. Nous entendons crépiter les flashes et s'exclamer les coeurs des spectateurs dans toutes les langues : "bellissimo, schön, wonderful, amazing !"

© Gernot Mueller / The luxxury media
© Gernot Mueller / The luxxury media

Pour leur premier Carnaval, Daniel et Rosalie ont répété le rituel du défilé. Surtout ne pas se précipiter, malgré le stress et l'émotion. Rechercher la grâce et l'élégance, en toutes circonstances. 

Les habitués du Carnaval, comme Gernot Mueller, photographe professionnel, savourent la créativité des Ineffables.

Les Ineffables au Carnaval de Venise 3/4



 

Les Ineffables ne ressemblent à personne


Jusqu'au XVIIIème siècle, le Carnaval de Venise durait 6 mois dans l'année. Derrière les masques, tout devenait possible ! Et c'est bien cet esprit impertinent que les Ineffables entendent perpétuer. A Venise, ils n'en font qu'à leur tête.

Ils fabriquent eux-mêmes leurs masques, qui plus est avec du matériel de récupération, et ne cèdent donc pas au délire ostentatoire. Beaucoup de carnavaliers achètent à prix d'or des masques qui se veulent toujours plus luxueux. Une compétition basée sur l'argent à laquelle les Ineffables ne veulent absolument pas participer !

Joëlle a fabriqué les "livres" de Léonard De Vinci avec du papier trempé dans du thé et du safran pour le vieillir / © Véronique Wattiaux
Joëlle a fabriqué les "livres" de Léonard De Vinci avec du papier trempé dans du thé et du safran pour le vieillir / © Véronique Wattiaux

Les Ineffables, pour les mêmes raisons, boudent les fêtes privées (très onéreuses), et ne participent à aucun concours. Leur seul juge, c'est le public, du photographe professionnel aux bambins ingénus, qui se promène librement sur l'espace public. 

Les Ineffables veulent transmettre du rêve, et aussi prouver à tous que chacun peut contribuer à cette entreprise positive. Dès ses débuts, à la fin des années 80 à La Villeneuve de Grenoble, l'association s'est donné pour but de "permettre à chacun d'utiliser sa faculté d'imaginer, dans un lieu et un temps où l'on peut s'autoriser à sortir de sa coquille, abandonner son personnage et retrouver ce double qui sommeille en nous". 

Leur devise : cultiver ce jardin laissé en friches, l'imagination ! 

Les Ineffables au Carnaval de Venise 4/4