Isère : "On récupère entre 4 et 5 chiens par semaine", le refuge du Versoud déjà saturé alors que l'été n'est pas terminé

Publié le
Écrit par J.M

Chaque été, le phénomène se répète. Les abandons d’animaux de compagnie se multiplient et les refuges se retrouvent saturés alors qu’ils sont déjà sous tension. Au Versoud, en Isère, au refuge de l’Apagi, les soigneurs ont déjà recueilli plus d’une centaine d’animaux depuis le mois de mai.

L’été n’est pas terminé et les refuges sont déjà saturés. La SPA a lancé sur son site internet un triste compteur : plus de 12 000 animaux ont été abandonnés en France depuis le début de l’été, dont près de 8 000 chats et chatons. Sur son compte Twitter, la SPA alerte : "Le drame est là alors que l’été est loin d’être terminé."

Adopter un animal, une grande responsabilité

Au refuge du Versoud, en Isère, Emma et Vincent ont été sensibles à l'appel lancé ces dernières semaines par la SPA : "On a décidé de prendre un nouveau chaton, car le nôtre est décédé et on est prêt à accueillir un nouveau membre dans la famille. On voulait une adoption éthique, donc ça nous paraissait en adéquation avec notre projet de passer par un refuge ou une famille d’accueil." 

Tous les deux sont conscients que cette adoption demande une grande responsabilité : "On sait que c’est un chaton, donc là, on s’engage pour 10 voire 15 ans. C’est un engagement, ce n’est pas rien."

Pour repartir avec le chaton, Emma et Vincent devront s’acquitter d’une participation financière de 200 euros environ. Une précaution supplémentaire pour le refuge qui met un point d’honneur à trouver la bonne famille. "Pour l’adoption d’un chien par exemple, on demande à ce qu’il y ait au moins deux visites au refuge, que les gens aillent se balader avec le chien pour qui les connaisse un minimum," explique Lucille Erkelens, soigneuse chien à l'Apagi du Versoud. 

L’abandon d’animaux en période estivale est un phénomène récurrent auquel s’ajoute cette année le contrecoup de la pandémie. Au refuge du Versoud, une centaine d’animaux ont déjà été recueillis depuis le début du mois de mai avec un pic depuis le début de l’été. "En ce moment, c’est très compliqué. On récupère entre quatre et cinq chiens par semaine de la fourrière," raconte Stéphanie Hauser, secrétaire à l’Apagi.

Les solutions pour des vacances sans son animal

Pour les personnes ne souhaitant pas voyager avec leur animal, ou celles qui ne peuvent tout simplement pas, il existe de nombreuses solutions comme les pensions, la garde à domicile ou encore les visites à domicile.

Pour rappel, l’abandon d’un animal domestique est considéré comme un délit, il est donc puni par la loi. Les auteurs encourent jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende. Raison supplémentaire pour réfléchir avant d’adopter un animal. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité