Cet article date de plus de 4 ans

Journée don d'organes au CHU de Grenoble

La loi fait de chaque Français un donneur d'organes et de tissus présumé. On peut être contre bien sûr, mais dans ce cas il faut le faire savoir. Aujourd'hui vous pouvez en parler avec des soignants et des patients au CHU de Grenoble.
Parmi les patients greffés présents aujourd'hui au CHU de Grenoble, nous avons rencontré Catherine. Son sourire rayonne. Son témoignage est émouvant. 

"Si je n'avais pas été greffée du foie, et du coeur, je ne serais pas avec vous !" affirme-t-elle. 

durée de la vidéo: 01 min 07
Catherine, doublement greffée

"Je suis là aujourd'hui pour soutenir les médecins, et les infirmiers responsables de la coordination. C'est grâce à leur travail que je suis là. C'est grâce à mes donneurs. Je suis là pour remercier aussi leurs familles. C'est un geste de générosité considérable."

Pour Catherine, cette journée nationale reste absolument nécessaire. "On s'aperçoit que beaucoup de gens ne sont pas encore informés."

Vous pouvez rencontrer Catherine, et d'autres patients, mais aussi les soignants qui les ont sauvés, ce 22 juin au CHU de Grenoble. 


Nous sommes tous donneurs selon la loi


Le responsable de l'unité de coordination grenobloise, Marc Padilla, est venu le rappeler dans le journal de France 3 Alpes. Nous sommes tous donneurs, par défaut, selon la loi en France. 

durée de la vidéo: 03 min 48
L'interview du Dr Marc Padilla

Dans les Alpes, Grenoble et Annecy ont participé à un nouveau programme intitulé "dons lors d'arrêt de soins". Il s'agit de prélèvement sur le corps d'un patient condamné, en "impasse thérapeutique", pour qui tout a été tenté sans succès. 

Plus de 200 greffes de reins (les plus nombreuses) ont été réalisées à Grenoble l'an passé. En France, 57 000 personnes vivent grâce à un organe greffé.

Mais les soignants manquent encore et toujours de donneurs. 

durée de la vidéo: 01 min 55
Le don d'organes au CHU de Grenoble








Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société