Recherche. Grenoble, une "tête d'avance" sur le cerveau