Mort de Nahel à Nanterre : des véhicules incendiés et des policiers pris pour cible à Grenoble et Bourgoin-Jallieu

En Isère, plusieurs incidents et des violences urbaines ont marqué la soirée de ce mercredi 28 au jeudi 29 juin à Grenoble, mais aussi à Bourgoin-Jallieu, après la mort du jeune Nahel, 17 ans, tué par un policier à Nanterre ce mardi. Aucun blessé n'est à déplorer et aucune interpellation n'a eu lieu.

Plusieurs communes de l'Isère ont été concernées par des violences urbaines, dans la nuit de ce mercredi 28 au jeudi 29 juin, après la mort du jeune Nahel, 17 ans, tué par un policier à Nanterre mardi.

Comme à Lyon ou Clermont-Ferrand, des tensions ont éclaté à Grenoble peu après minuit, avenue des Etats Généraux. Plusieurs poubelles, des vélos et des trottinettes de la ville y ont été incendiés. Les sapeurs-pompiers et les policiers ont été la cible de tirs de mortiers.

Les forces de l'ordre ont répliqué au lanceur de grenade "cougar". Malgré les tensions, aucun blessé n'a été à déplorer à Grenoble.

Des dégâts à Bourgoin-Jallieu

D'autres interventions ont été nécessaires à Bourgoin-Jallieu, plus tôt dans la soirée. Peu après 22 heures, les policiers ont été appelés pour un feu sur un camping-car stationné rue Georges Cuvier. Selon les informations de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), "une quinzaine de jeunes" seraient à l'origine de l'incendie. Le véhicule a été entièrement détruit.

À leur arrivée, les forces de l'ordre ont été prises à partie par des tirs de mortier. Deux véhicules de la police ont subi des dégâts. Les fonctionnaires de la police ont tiré au lance-grenade ainsi qu'au LBD pour "repousser les assaillants".

Des effectifs sont arrivés en renfort pour sécuriser l'intervention des pompiers sur "les différents incendies déclenchés par les jeunes à divers endroits". Là non plus, aucun blessé n'est à déplorer.

A Grenoble comme à Bourgoin-Jallieu, les services de police ne signalent aucune interpellation liée à ces événements.