• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Piégé par la géolocalisation, le voleur de téléphones présumé dit ne pas se souvenir des faits

Le voleur de téléphone présumé a été interpellé alors qu'il voulait récupérer sa voiture saisie à la fourrière. Photo d'illustration. / © VALLAURI Nicolas / MAXPPP
Le voleur de téléphone présumé a été interpellé alors qu'il voulait récupérer sa voiture saisie à la fourrière. Photo d'illustration. / © VALLAURI Nicolas / MAXPPP

Suspecté d'avoir dérobé plusieurs téléphones portables dans un café de Grenoble dimanche 28 juillet, un individu nie les faits malgré les incohérences de son récit. Il a été interpellé en voulant récupérer son véhicule à la fourrière.

Par M.D.

Un trentenaire qui aurait dérobé les téléphones portables d'au moins trois personnes a été pris au piège par la géolocalisation des appareils, activée par les victimes. Toutes trois se trouvaient dans un bar du centre-ville de Grenoble, dimanche 28 juillet, quand elles se rendent compte que leur smartphone avait été dérobé.

L'une d'elles parvient à localiser son appareil et le retrouve dans une voiture stationnée à proximité du café. Elle appelle alors la police qui dépêche un équipage sur place. Entre-temps, deux autres victimes présumées se présentent aux forces de l'ordre qui constatent la présence de "plusieurs téléphones et un portefeuille" à l'intérieur du véhicule. Mais aucun suspect à l'horizon. La voiture est donc remise à la fourrière municipale, et l'affaire ne s'arrête pas là...

Le lendemain, un homme se présente à la fourrière et ce n'est autre que le propriétaire de la voiture où se trouvaient tous les téléphones volés. Contactés par les employés de la fourrière, les effectifs de police se rendent sur place pour interpeller le suspect. Placé en garde à vue pour "recel de vol", il déclare "avoir été en état d’ébriété le soir des faits et ne plus se souvenir des événements", indique la police de Grenoble.

Le suspect explique également avoir été avec sa compagne ce soir-là, qui lui aurait demandé de ranger "ses affaires" dans la voiture. C'est là qu'il aurait emporté "par erreur" les effets volés alors qu'ils étaient "posés sur une table". Une version des faits contredite en tout point par les déclarations des victimes selon lesquelles les téléphones se trouvaient dans leur sacs à main respectifs. Malgré ces contradictions, le suspect a maintenu ses déclarations. Il sera convoqué devant un officier de police judiciaire le 22 janvier 2020 au tribunal de grande instance de Grenoble.

 

Sur le même sujet

La 7e Symphonie de Beethoven en direct depuis le Festival de la Chaise-Dieu

Les + Lus