Présidentielle 2022 : la candidature d'Eric Piolle officiellement validée pour la primaire écologiste

Après la validation des parrainages dans la nuit de dimanche à lundi, le maire de Grenoble Eric Piolle est officiellement en lice pour la primaire écologiste. Il affrontera en septembre, la députée Delphine Batho, l'eurodéputé Yannick Jadot, et l'ancienne numéro 2 d'EELV Sandrine Rousseau.

C'est officiel, ils seront quatre à convoiter la place de candidat vert aux prochaines élections présidentielles en 2022. Parmi eux, le maire de Grenoble Eric Piolle qui affrontera en septembre lors de la primaire écologiste, la députée Delphine Batho, l'eurodéputé Yannick Jadot, et l'ancienne numéro deux d'EELV Sandrine Rousseau. 

Les cinq organisations du pôle écologiste (EELV, Générations, Mouvement des progressistes, Génération écologie et l'Alliance écologiste indépendante) ont mandaté 219 parrains et marraines qui ont pu voter pour les sept candidatures déclarées.

Officiellement, dans la nuit du dimanche à lundi, quatre de ces candidatures ont été validées. 

Suite à cette annonce, l'édile de Grenoble a réagi en insistant sur la dimension sociale de cette primaire alors que "beaucoup de Français ne partent pas en vacances". 

Selon lui, elle va démontrer que l'écologie peut "transformer les enjeux climatiques en emplois", une politique "déjà portée dans les mairies" vertes - Grenoble, Bordeaux ou encore Strasbourg.

 

"Les limites de la social-démocratie quand elle gouverne"

"La primaire est une chance, car c'est un exercice démocratique, une manière de dire aux citoyens que tout ne se joue pas dans l'isoloir en avril 2022 et que le duel Macron - Le Pen n'est pas une fatalité", a souligné Sandrine Rousseau. 

De son côté, Delphine Batho a "appelé les Français à s'inscrire massivement pour venir donner à l'écologie l'élan dont elle a besoin pour gagner l'élection présidentielle".
 

Yannick Jadot, lui, a pointé "les limites de la social-démocratie quand elle gouverne", alors que ce lundi à Villeurbanne, la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a décidé de rassembler ses troupes pour avancer un peu plus vers une candidature.

 



Enfin, Jean-Marc Governatori, candidat centriste, n'a quant à lui pas rassemblé suffisamment de parrainages. Il dit avoir été spolié de ses parrainages par l'exclusion du Cap 21 de Corinne Lepage mercredi dernier pour des divergences sur certains engagements à tenir.    

Le premier tour de la primaire aura lieu du 16 au 19 septembre, le deuxième tour du 25 au 28.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élection présidentielle politique élections europe écologie les verts