Rachat de Go Sport : le groupe Intersport choisi pour reprendre l'enseigne sportive iséroise

L'enseigne iséroise Go Sport va être reprise par la société Intersport, a annoncé le tribunal de commerce de Grenoble ce vendredi 28 avril. La coopérative française rachète Go Sport pour 35 millions d'euros. La proposition de l'entreprise britannique Frasers, moins disante, n'a pas été retenue.

Le tribunal de commerce de Grenoble a rendu sa décision ce vendredi 28 avril : l'enseigne d'articles sportifs Go Sport va être reprise par Intersport. L'offre de reprise de l'entreprise a été privilégiée, suite à un avis unanime du parquet, des créanciers et des salariés, face à celle de Frasers.

Lors d'une audience au tribunal de commerce de Grenoble, Intersport avait présenté une proposition de reprise en coentreprise avec une société qatarie, Al-Mana, et propose de reprendre 72 magasins, 1 446 salariés des magasins sur 1 574, et 185 salariés du siège (Groupe Go Sport).

"Intersport est prêt à relever le match avec les équipes de Go Sport. Le tribunal tranchera", avait commenté son PDG Jack Rihouet, après son audition, sous quelques applaudissements de salariés.

De son côté, la filiale de Frasers, Sports Direct, s'était engagée à reprendre 75 magasins (1477 salariés sur les 1 574) et 136 des 227 salariés du siège. Dans les magasins, Sports Direct reprendrait 1 477  recensés. 

"La meilleure offre"

Dans un communiqué, François Touret de Courcy, procureur adjoint de Grenoble se félicite de la décision du tribunal de commerce : "Intersport a proposé la meilleure offre, tant pour la sauvegarde de l’emploi que pour le prix d’acquisition".

Selon le magistrat, "avec la reprise de 72 magasins correspondant à 90 % des emplois, Intersport achète Go Sport pour 35 millions d’euros, bien au-dessus des 10 millions d’euros proposés par Frasers-Sports Direct."

D'autres candidats s'étaient également intéressés au rachat de l'enseigne iséroise : "Les autres offres plus modestes n'étaient pas complémentaires avec celle d'Intersport", précise le parquet.

Intersport, comme acteur privilégié

Intersport France est une coopérative centenaire de près de 300 entrepreneurs français, exploitant plus de 800 magasins spécialisés dans la distribution d’articles de sport et employant près de 18 000 personnes.

La coopérative réalisait en 2022 un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d'euros pour un résultat net cumulé de 230 millions d'euros. A l’échelle mondiale, Intersport International réalise un chiffre d’affaires de 13,7 milliards d'euros.

"Actuellement deuxième acteur de la distribution d’articles de sport en France en termes de part de marché, Intersport ambitionne de devenir leader avec l’acquisition de Go Sport", conclut François Touret de Coursy.

Le renoncement de HPB

L'enseigne sportive, fondée à Sassenage (Isère) et détenue jusque-là par Hermione People & Brands (HPB), une des sociétés de l'empire de Michel Ohayon, avait été placée en redressement judiciaire en janvier dernier.

Mi-avril, face à ce redressement judiciaire, HPB entendait, dans un premier temps, présenter un "plan de continuité" pour que l'enseigne sportive reste ainsi dans son giron. La société y avait finalement renoncé le 17 avril, affirmant en avoir été "empêchée". Elle avait aussi fait savoir qu'"aucun recours ne serait exercé contre le plan de cession".

Pour les salariés, qui redoutaient ouvertement de "finir comme Camaïeu", autre enseigne détenue par HPB et mise en liquidation fin septembre, cette nouvelle avait signifié que "Go Sport ne va pas mourir".

Go Sport, marque fondée en 1978, employait en France près de 2 150 salariés et avait été racheté fin 2021 auprès de la maison mère du groupe Casino pour un euro symbolique.