Ski d'été : la saison s'achève avec trois semaines d'avance au glacier des Deux Alpes à cause de la chaleur

Publié le Mis à jour le

Le glacier des Deux Alpes sera fermé aux amateurs de ski d’été avec trois semaines d’avance. Les chaleurs printanières ont provoqué la fonte anticipée du manteau neigeux et les conditions de ski ne sont plus réunies. Seuls les piétons pourront accéder au site après le 10 juillet.

La saison du ski d’été touche déjà à sa fin dans les Alpes. Après le glacier de la Grande Motte, à Tignes, c’est au tour de celui des Deux Alpes de fermer son accès aux skieurs.

Ce mercredi 6 juillet, une commission de sécurité s’est réunie à l’aube au sommet du glacier pour procéder à des vérifications, et le constat est sans appel. "Au vue des conditions, nous avons pris la décision de fermer le ski d’été dimanche 10 juillet" annonce Fabrice Boutet, directeur général de SATA Group, qui exploite les domaines de l'Alpe d'Huez, des Deux-Alpes et de La Grave.

Une fermeture avec trois semaines d'avance

Traditionnellement, les amateurs de ski d’été occupent le glacier jusqu’au 31 juillet. Face à la fonte des neiges, la station avait déjà décidé de cesser l’activité le 17 juillet. Mais la dégradation de la situation l’a contrainte à fermer encore plus tôt, avec trois semaines d’avance.

"Nous avons fait ce choix pour deux raisons, détaille Fabrice Boutet. La première, c’est qu’on n’offre plus une qualité de ski de compétition comme l’attendent les clubs et les équipes nationales. Et la deuxième raison, c’est qu’on est face à un élément planétaire de surchaleur et que ce glacier est notre joyau. On se doit de le préserver pour qu’il puisse passer cette période et retrouver des couleurs blanches à l’hiver".

A partir du 10 juillet, les piétons pourront continuer à accéder au site mais seulement "pour de la contemplation".

En montagne, on subit directement les effets de la hausse des températures et c’est un crève-cœur

Fabrice Boutet, directeur général de SATA Group

Trois jours après l’effondrement du glacier italien de la Marmolada dans les Alpes, la question du réchauffement climatique est dans tous les esprits. "En montagne, on subit directement les effets de la hausse des températures et c’est un crève-cœur, conclut Fabrice Boutet, qui s’attend à voir le ski d’été disparaître progressivement. Mais les conditions de ski sont excellentes en mai et en juin. Donc on passera sans doute du ski d’été au ski de printemps".