Trois défilés de vaches de montagne dans le centre-ville de Grenoble pour la 11e édition de la descente des alpages

Trois cortèges d'Abondances, de Tarines ou encore d'Hérens ont parcouru les rues de Grenoble ce samedi à l'occasion de la descente des Alpages, une grande fête agricole qui souhaite perpétuer les traditions montagnardes dans la capitale des Alpes.

Près de 10 000 personnes étaient attendues ce samedi pour la grande fête de la montagne en ville. A Grenoble, depuis plus de dix ans, des éleveurs viennent faire défiler leurs bêtes dans les rues pour renouer le contact avec les urbains et leur faire goûter les produits de leurs fermes.

Et pour cette onzième édition, la Descente des Alpages tenait à célébrer ses retrouvailles avec les Grenoblois après une année marquée par la pandémie. 

Au lieu de faire une boucle, les troupeaux sont partis de trois lieux différents pour converger place de Metz. 
 


Trois défilés, trois massifs

"L'idée c'était aussi de mettre en avant trois dimensions de notre ville", explique Christian Moiroud, président de la Descente des Alpages.

"Grenoble la montagnarde avec un point de départ de la Bastille et les vaches de Chartreuse, les Abondances et les Tarines. Un autre point de départ au stade des Alpes et près du palais des sports pour incarner Grenoble ville sportive, avec des vaches Hérens venues du massif de Belledonne. Et puis, Grenoble ville innovante avec un point de départ sur la presqu'île avec de belles Abondances et des Villardes venues du Vercors", a expliqué ce matin le patron de l'événement chez nos confrères de TéléGrenoble.
 

durée de la vidéo: 33 h min
La grande fête du pastoralisme à Grenoble ©France 3 Alpes - J. Guéant / M. Nadal


Des vaches Chez le Pèr'Gras, une tradition vieille de plus d'un siècle

Les vaches de Chartreuse ont passé la nuit à la Bastille devant le restaurant Chez le Pèr'Gras. La ferme éphémère a été installée là même où, au XIXe siècle, se trouvait le troupeau des époux Gras avant que l'exploitation agricole ne devienne une auberge, puis un restaurant. 

 


Place à la vachette....

Les défilés se sont déroulés sans problème, mais les éleveurs ont parfois eu bien du mal à contenir leurs animaux déroutés par cette arrivée en ville, si l'on en croit cette vidéo publiée sur Twitter. Une vache visiblement plus habituée à la tranquillité du plateau du Vercors a tenté de se faire la belle... à moins qu'elle n'ait eu envie de renouer avec une autre tradition, celle d'Intervilles. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie montagne nature