Un bus de la M Tag, la société de transports en commun de la métropole de Grenoble, a été visé par des tirs dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 mai sur la commune d'Echirolles (Isère). Fin avril, un autre bus avait, lui, été la cible de plusieurs tirs d'armes à feu.

Un bus de la M Tag, la société de transports en commun de Grenoble, a été touché par un tir de pistolet dans la nuit de ce jeudi 16 au vendredi 17 mai sur la commune d'Echirolles, indique la Direction interdépartementale de la police nationale (DIPN) de l'Isère.

Le véhicule de la ligne C6 circulait, aux alentours de 0h30, sur l'avenue des Etats Généraux à Echirolles, à hauteur de la Butte, lorsque le conducteur a entendu "7 à 8 détonations", précise la DIPN. Il a alors constaté que l'une de ses vitres latérales était partie en éclats.

Le seul client à bord, non-blessé tout comme le conducteur, a été évacué et le bus a ensuite été rapatrié au dépôt de Sassenage (Isère). Lors des constatations, la présence d'un trou, "pouvant correspondre à un impact de balle", a été découverte sur un des flancs du véhicule. Cependant, la police n'a rien retrouvé à l'intérieur.

A la suite de l'analyse de l'officier de police judiciaire (OPJ), cet impact de balle est identifié comme provenant d'une "bille probablement en acier, tirée avec un pistolet à bille airsoft", indique Fernando Martins, secrétaire et délégué syndical FO.

Une deuxième attaque en trois semaines

"Même s'il s'agit d'une balle d'airsoft, il ne faut pas banaliser ces faits. C'est récurrent", regrette Fernando Martins. Fin avril, un autre bus de la Tag avait été visé par plusieurs tirs d'arme à feu, toujours sur la commune d'Echirolles. Le conducteur du véhicule se trouvait à l'intérieur du véhicule, mais s'en était sorti indemne. Les auteurs des coups de feu n'avaient pas été interpellés.

"On demande une présence policière supplémentaire, pas seulement dans les transports et aux abords des arrêts, mais bien dans tout l'espace public afin de dissuader. Nous n'avons pas constaté une présence policière plus importante qu'avant, après ce qu'il s'est passé en avril. Mais on nous a annoncé des renforts supplémentaires en septembre, après les JO de Paris", poursuit le délégué syndical FO.

Selon lui, le sentiment d'insécurité grandit au sein des conducteurs de la Tag, "même si Grenoble n'est pas un cas isolé en ce qui concerne ces violences", nuance-t-il.

Ce jeudi 16 mai, une jeune femme de 25 ans a fait usage d'un gaz lacrymogène sur le conducteur d'un tramway près de l'arrêt Grand Place, après une remontrance de ce dernier. Après identification, la personne a été interpellée à Grenoble et placée en garde à vue pour "violences avec arme sur personne chargée d'une mission de service public".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité