L'université de Grenoble porte plainte après les dégradations commises dans ses locaux

© Dominique Semet - France 3 Alpes.
© Dominique Semet - France 3 Alpes.

Une plainte a été déposée après les dégradations commises ce mardi 3 avril 2018 à l'université de Grenoble. Parfois masqués, des individus ont saccagé des locaux de la Présidence. Les mouvements se multiplient en France pour protester contre la loi "Orientation réussite étudiante".

Par Yann Gonon

L'université de Grenoble a porté plainte après les événements de mardi annonce la Présidence de l'UGA ce jeudi 5 avril 2018. Parfois masqués, des individus ont pénétré dans les locaux et sont restés plusieurs heures sur place. Des dégradations ont été commises.

"C'est l'ensemble de la communauté universitaire qui est touchée par ces agissements agressifs, irrespectueux et attentatoires aux libertés des personnes et des biens" a déclaré Patrick Lévy après le saccage des locaux de la Présidence de l'université. Mobilier renversé, portes cassées, faux plafonds effondrés et des tags partout, les dégâts sont importants. Ce mardi, vers 12h30, entre 60 et 80 personnes se sont introduites dans les locaux et sont restés sur place jusqu'aux environs de 23 heures.


Des mouvements de protestation ont lieu depuis ces derniers jours dans plusieurs villes et sous différentes formes. Les contestataires dénoncent le projet de loi sur les nouvelles modalités d'accès à la fac. Dans son communiqué, l'Université de Grenoble affirme que pour la prochaine rentrée "aucune sélection ne sera faite pour intégrer les différentes filières et que tous les étudiants de l'académie de Grenoble désireux d'étudier à l'UGA seront accueillis dans les meilleures conditions possibles".

Ce jeudi 5 avril, le maire de Grenoble a également dénoncé le saccage des locaux de l'université.


La contestation ne semble pas retomber. Selon l'université, une soixantaine de manifestants étaient à nouveau regroupés ce jeudi matin devant le bâtiment des Arts et des sciences humaines sur le campus de Saint-Martin-d'Hères.
 

Sur le même sujet

Notre page consacrée à l'affaire Meunier dans le JT du 22 octobre

Les + Lus