VIDEO. Ils surfent sur l'Isère... quand la rivière qui traverse Grenoble devient un spot de glisse

Surprenant mais possible, du surf sur l'Isère. Ce 24 mai, la rivière a offert ses plus belles vagues. Un phénomène naturel rarissime qui ravit les surfeurs de la région. 

Ils grimpent sur leurs planches et prennent la vague iséroise. Bien loin des paysages de plages et cocotiers, le bord de la rivière accueille généreusement les amateurs de surf. Le soleil est au rendez-vous, les sportifs aussi. L’Isère est devenue un véritable spot. 

"C'est plus physique, plus épuisant... D'habitude en surf, on a mal aux bras là, c'est aux jambes." David est un passionné de glisse. Couvert de la tête aux pieds par une combinaison noire, le barbu descend les rochers pour accéder au bord d'eau. Sur sa planche, il chevauche les vagues à coup de bassin, de droite à gauche.

A la source de ce phénomène naturel, une cassure. Une marche dans le lit de l'Isère qui provoque ces puissants courants d'eau. Depuis plus de vingt ans, les surfeurs locaux y viennent parfaire leur technique. "C'est un peu flippant la première fois, on ne sait pas trop ce qu'il y a sous l'eau, alors il faut faire attention" s'amuse Benoît. En effet, il arrive que la rivière se déchaîne et jette quelques sportifs dans le tourbillon d'eau boueuse.
 


 

"on peut légèrement toucher le fond"


Contrairement à l'océan, cette eau a un goût particulier que remarquent certains surfeurs. Quant à sa profondeur, elle est variable. Benjamin sort de l'eau encore secoué par les vagues : "là, les rochers sont bien profonds, on les touche jamais." Le surfeur perd alors son souffle, le reprend et poursuit son explication. "Plus bas, par contre, on peut légèrement toucher le fond."   
 

 Le temps d'une pause, planche sous le bras, leurs regards se perd. Les amateurs de glisse observent les vagues, assis sur les rochers. Conseillée à des pratiquants chevronnés, la vague iséroise commence à se faire un nom et une réputation. Selon ces passionnés de surf, elle serait même la plus belle d’Europe.