Guerre en Ukraine : "En Pologne, les gens font des centaines de kilomètres jusqu'à la frontière pour aider", témoigne une expatriée à Grenoble

Publié le Mis à jour le

Selon l'ONU, plus de 1 million de personnes ont déjà fui l'Ukraine après une semaine de guerre. La majorité des réfugiés va en Pologne. Aleksandra, une expatriée polonaise à Grenoble, raconte comment sa famille, qui habite à côté de la frontière, voit ce conflit.

Depuis les Alpes, la guerre en Ukraine semble déjà proche. Depuis la Pologne, qui partage une longue frontière commune avec l'Ukraine, c'est encore autre chose. "Mes proches, mes amis, ils sont tous très inquiets que la guerre se propage en Pologne", témoigne Aleksandra Czerniecka, patronne du restaurant Spoko dans le vieux Grenoble. 

Cette Polonaise s'est expatriée à l'âge de 20 ans en Isère. Toute sa famille habite encore dans la zone frontalière. "La maison de ma tante est située à 50 mètres de la frontière"

Elle assiste à distance à l'énorme vague de solidarité qui est née en Pologne, où des milliers de personnes viennent en aide aux réfugiés ukrainiens. "C'est toute la Pologne qui se mobilise. Il y a des gens qui partent de Varsovie pour rejoindre la frontière pour aider lorsqu'ils ont du temps libre. Les gens roulent des centaines de kilomètres pour aider des gens à la frontière", raconte Aleksandra.

Elle même a organisé une collecte dans son restaurant Spoko, qui cuisine des plats autour de la truffe. "Comme j'ai un tout petit restaurant, je m'attendais à une petite collecte. Mais j'ai reçu énormément de choses de la part des habitants du quartier. Une première collecte où j'ai reçu beaucoup de vêtements et chaussures a déjà été envoyée en Ukraine. Une deuxième est en cours et les Ukrainiens m'ont dit qu'ils avaient cette fois plutôt besoin de denrées alimentaires non périssables et de petits équipements comme des piles, des lampes torche...". 

"Je vois des posts d'influenceurs polonais sur Instagram. Ils disent, les Ukrainiens ont besoin de ça et tout de suite il y a des dons"

Selon l'ONU, un million de réfugiés avaient déjà quitté l'Ukraine jeudi 3 mars. Selon les autorités polonaises, environ 700 000 d'entre eux auraient passé la frontière polonaise. "Il y a énormément de points de réception après la frontière. Les réfugiés doivent absolument s'enregistrer comme réfugiés lorsqu'ils passent la frontière, sinon ils sont considérés comme des réfugiés. Il y a plein des Polonais qui proposent leur logement ou un lit aux réfugiés", poursuit la patronne du Spoko. 

Sur les réseaux sociaux, très utilisés par les Ukrainiens pour communiquer à l'heure où les bombes russes détruisent les villes de l'est du pays, des influenceurs polonais médiatisent les besoins des réfugiés. "Je vois des posts d'influenceurs polonais sur Instagram. Ils disent, les Ukrainiens ont besoin de ça et tout de suite il y a des dons"

Les grands-parents d'Aleksandra habitent près de la frontière. Ils ont vécu la Seconde Guerre mondiale et voient avec inquiétude ce nouveau conflit embrasé l'Europe de l'Est. Mais ils ne veulent pas fuir. "J'ai proposé aux membres de ma famille de venir chez moi à Grenoble s'ils se sentent en danger. Mais mes grands-parents m'ont dit qu'ils avaient déjà vécu une guerre et que s'il y en avait une nouvelle ils sont trop vieux pour partir".