Isère : "l'Araucaria", l'atelier où le bois pétrifié se transforme en oeuvre d'art

Il n'existe que deux ateliers de ce type dans toute l'Europe. Chez Araucaria, dans la vallée du Grésivaudan en Isère, un jeune artisan travaille le bois pétrifié pour créer des objets d'ornement qui rendent à la nature toute l'étrangeté de sa beauté.

Dans cet atelier vraiment pas comme les autres, certains arbres viennent du fond des âges. Certaines oeuvres plus exactement, des oeuvres à base de bois pétrifié par les éléments, eau et cendre volcanique mêlées. Des arbres embellis, magnifiés par le regard et la main de l'homme.

"Ce sont des arbres qui ont été recouverts par la terre, puis par l'océan, pendant des millions d'années. Ils n'ont plus du tout de végétal en eux. Ils ont au moins 225 millions d'années. Ils se sont peut-être fait brouter les feuilles par les dinosaures !" explique Robin Guillon.
 

Chez Araucaria, dans la vallée du Grésivaudan en Isère, Robin Guillon a appris avec son père à scier, poncer, parfois réparer les arbres endommagés, pour mettre leur beauté à jour.
 
Robin Guillon utilise une ponceuse spéciale pour travailler le bois pétrifié
Robin Guillon utilise une ponceuse spéciale pour travailler le bois pétrifié

Robin a aussi appris à acheter les bois pétrifiés. Pour cela, il a fallu parcourir la planète. Les régions au long passé volcanique, comme l'Arizona et son désert rouge, ou encore Madagascar, sont les plus favorables à ces chercheurs de fossiles.
 
"L'Araucaria" ou comment révéler la beauté du bois pétrifié

Lorsque le travail arrive à son terme, la plupart de ces plateaux de pierre se transforment en tables de salon, pour des clients venus de France, de Suisse ou bien encore d'Italie.

"Les gens achètent un morceau d'Histoire de la planète. C'est la Nature qui est l'artiste. Notre travail à nous, c'est de le révéler !" commente Robin Guillon. 
 

Dans la réserve des Guillon, des tonnes d'arbres pétrifiés attendent de devenir des objets d'ornements.

Mais lorsqu'on est âgé de plus de 200 millions d'années, on a appris la patience.










 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture nature forêt insolite