En Isère, MeyDIA dépose un recours contre la construction d'une église de la Fraternité Saint-Pie X

A Meylan près de Grenoble, la Fraternité Saint-Pie X, considérée comme intégriste par ses détracteurs, veut construire une église de 299 places. L'association MeyDIA vient de déposer un recours contre le permis de construire auprès du Tribunal Administratif. 
Le Prieuré-école Saint-Pierre-Julien-Eymard, à Meylan
Le Prieuré-école Saint-Pierre-Julien-Eymard, à Meylan © France 3 Alpes

L'association MeyDIA (Meylan Démocratie Information Action) vient de saisir le Tribunal Administratif de Grenoble pour faire annuler le permis de construire accordé à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Cette dernière projette d'ériger dans le parc de son Prieuré Saint Pierre-Julien Eymard à Meylan une église de 299 places. Le Prieuré abrite actuellement une école maternelle et primaire hors-contrat, qui compte une cinquantaine d'élèves.

MeyDIA, "association politique de gauche", qui compte plusieurs élus d'opposition au conseil municipal de Meylan, considère que certains points du permis, délivré par la Mairie et la Métro, ne sont pas conformes aux règlementations en vigueur.

Les plans de la future église
Les plans de la future église © France 3 alpes

L'accès au site se situerait dans un virage, empiétant sur "une piste cyclable en site propre et à proximité d'un carrefour important desservant le lycée du Grésivaudan".

Les remblais de terre (3000 mètres cube) seraient excessifs, les places de parking en nombre insuffisant. Le permis prévoierait également l'abattage de deux arbres, pourtant situés en Espace Boisé Classé. 

Enfin, l'examen de la configuration de l'intérieur du lieu de culte et des espaces réservés au public révéleraient que l'église est dimensionnée pour recevoir plus de 300 personnes.

Pour MeyDIA, "le nombre annoncé de 299 personnes a été mis en avant pour se soustraire à une règlementation plus sévère à partir du seuil de 300 personnes". 

Contacté, le maire de Meylan, Jean-Philippe Blanc, nous a déclaré : "tous ces points ont été examinés par le service urbanisme de la commune. Et si le permis a été accordé, c'est que ces points ne contrevenaient pas à la règlementation". Précédemment, le maire de Meylan nous avait déjà expliqué que s'il refusait le permis, il pourrait "être accusé de discrimination". 

Camp de "cohésion" Civitas (Source : Médias-Presse-Info)
Camp de "cohésion" Civitas (Source : Médias-Presse-Info)


La Fraternité Saint-Pie X, liée au mouvement d'extrême droite Civitas ?


Dans cette histoire, l'enjeu est plus politique qu'urbanistique. Dès le mois de janvier 2018, le groupe d'opposition municipal AIMEylan formulait un voeu au maire. Celui de retirer le fameux permis de construire. En développant plusieurs arguments, que nous avons pu vérifier depuis, pour la plupart d'entre eux. 

AIMEylan évoquait alors "le contexte idéologique autour de la construction de cette église". "La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est un mouvement religieux catholique traditionaliste", "une église parallèle avec ses propres institutions", "qui s'oppose fondamentalement à la liberté religieuse". La Fraternité a en effet été fondée par Mgr Lefèbvre, évêque "traditionaliste", certains catholiques disent même "intégriste", en tout cas excommunié par le Pape pour désobéissance. L'évêque jugeait le souverain pontife un peu trop libéral, entre autres désaccords.

"Ces positions sont en désaccord non seulement avec l'Eglise Catholique mais aussi avec la Déclaration des Droits de l'Homme". "De notoriété publique, il existe une collusion entre la Fraternité et le parti politique Civitas, mouvement extrêmiste, défenseur d'une religion identitaire, d'une droite nationale désireuse de restaurer une France catholique d'ancien régime".

"Les prêtres de cette Fraternité participent aux actions de Civitas", " des actions violentes contre les personnes qui ne partagent pas leurs positions idéologiques".


Une base-arrière de l'extrême-droite ?


A l'époque, plusieurs élus municipaux d'opposition nous déclaraient déjà craindre que la Fraternité de Meylan ne devienne une base-arrière de l'extrême-droite locale, voire régionale.

Certains évènements sont en effet troublants... des prêtres de la Fraternité participent bel et bien à des actions Civitas. A l'intérieur du Prieuré de Meylan, en 2017, des prêtres ont rendu hommage... à un ancien officier de l'OAS. Et, plus récemment, un ancien élu Front National donnait, toujours au Prieuré de Meylan, une conférence intitulée : "Les Droits de l'Homme, pourquoi et comment les combattre ?"


Une église en suspens ?


Le recours déposé contre l'église par MeyDIA n'est pas suspensif. La Fraternité pourrait donc lancer les travaux sans attendre. Le Tribunal Adminisitratif de Grenoble ne se prononcera sans doute pas avant deux ans. Si le permis est un jour annulé, il faudra détruire l'église. La Fraternité prendra-t-elle ce risque ?!

La suite au prochain épisode... 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société politique