En Isère, le Tichodrome recueille près de 200 hérissons par an

© Creative Commons
© Creative Commons

Selon une étude publiée il y a quelques jours, les hérissons pourraient disparaître en France d'ici à 2050. En Auvergne-Rhône-Alpes, des associations tentent de protéger cette espèce à l'image du Tichodrome, en Isère. Ce centre de sauvegarde de la faune sauvage n'en a jamais recueilli autant.

Par Cyrielle Cabot

Le centre de sauvegarde de la faune sauvage, le Tichodrome, situé en Isère, accueille près de 200 hérissons chaque année. Un chiffre en constante augmentation alors que l'espèce est en danger.

" Nous avons vu une nette augmentation du nombre de hérissons recueillis en 2016. Souvent les mères sont tuées sur les routes et il faut prendre en charge les portées. ", explique Marie Poizat, soigneuse au Trichodrome

1 million de victimes chaque année


En vingt ans, deux hérissons sur trois ont disparu en France. Au total, entre 700 000 et 1 million meurent chaque année à cause des voitures ou des pesticides.

"Il faut éviter les pesticides dans les jardins. Les hérissons risquent de les manger ou de manger les insectes qui en ont eux-même ingurgiter", avertit Catherine Malabre, directrice adjointe du Tichodrome.

A chacun donc de faire un petit effort pour que les hérissons ne s'éteignent pas. 

En Isère, le Tichodrome recueille près de 200 hérissons par an
Intervenants : Marie Poizat, soigneuse au Trichodrome Catherine Malabre, directrice adjointe du Tichodrome.

 

Sur le même sujet

"Composition pour l'image" : une formation unique au CNSMD de Lyon

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne