Pas de cantine scolaire à Saint-Martin-d’Hères : des agents communaux "épuisés" et en grève

Les agents de restauration scolaire et d’entretien ont entamé un mouvement de grève ce lundi 11 septembre dans cette commune de l’agglomération grenobloise. Parmi leurs revendications : une hausse des effectifs et des revalorisations.

Ce lundi 9 septembre à midi, les cantines de Saint-Martin-d’Hères, en Isère, ont gardé porte close. Tout juste une semaine après la rentrée, les parents d’élèves devaient déjà trouver une solution de repli. Dans le même temps, les agents communaux chargés de la restauration scolaire et de l’entretien des bâtiments entamaient un mouvement de grève, suivant un préavis de la CGT. Certains s’étaient aussi rassemblés pour faire entendre leurs revendications à l’entrée de la Maison communale.

Augmentation de la charge de travail, manque de personnel, absence de revalorisation du régime indemnitaire… "Marre d’être usées et abusées", clament les manifestantes. "On sait que ça a un vrai impact pour la population, reconnaît une manifestante. On en est vraiment désolées, mais les fautives, ce ne sont pas les agents qui sont en grève, ce sont les conditions. C’est bien de recevoir les enfants, mais il faut les recevoir dans de bonnes conditions. Ce n’est vraiment pas le cas."

"Trouver les recettes"

Dans les étages, la première adjointe balaie les revendications sur la charge de travail, estimant que le nombre d’enfants par agent reste "tout à fait correct". Michelle Veyret se dit en revanche "plutôt favorable" aux demandes liées à l’instauration d’une prime inflation… Sans toutefois donner de date. "On ne pourra pas l’appliquer cette année parce qu’il faut trouver les recettes correspondantes", prévient-elle.

La valeur du point d’indice a été augmentée au 1er juillet. C’est une somme d’argent qui n’avait pas été prévue dans les budgets de cette année. On a dû essayer de trouver : c’est autour de 260 000 euros de juillet à décembre.

Michelle Veyret, première adjointe

L’élue promet que ce point sera étudié pour le budget 2024. "C’est trop loin, réagit Valérie, une agent de restauration, ça fait six mois qu’on la demande ! D’autres services ont été augmentés. […] Ce n’est pas normal, on fait tous partie de la commune de Saint-Martin-d’Hères." Les agents en grève demandent désormais à être reçues par le maire.

D’ici là, elles se préparent à maintenir le mouvement "toute la semaine, peut-être plus longtemps". Une perspective qui devrait mettre en difficulté les parents d’élèves, dont certains réclament la mise en place d’un service minimum en réaction aux communications faites sur les réseaux sociaux. "On est toujours dans le dialogue, veut croire de son côté Michelle Veyret. On va faire en sorte que tout ceci rentre dans l’ordre."