Pour produire des FFP2 100% isérois, une entreprise se lance dans la fabrication de la matière première des masques

Texinov, une entreprise spécialisée dans le textile à usage médical, a élargi sa production aux masques FFP2. En plus de cela, la PME iséroise a investi dans un nouveau bâtiment lui permettant prochainement de fabriquer la matière première de ses produits, dans un souci de relocalisation.
100 000 masques par jour sont actuellement produits dans l'usine Texinov.
100 000 masques par jour sont actuellement produits dans l'usine Texinov. © France 3 Alpes
Des masques comme s'il en pleuvait, jusqu'à 100 000 par jour. Des FFP2, stars des masques médicaux, sont produits à Texinov, dans le Nord-Isère. Avant, l'entreprise de 70 salariés installée à Saint-Didier-de-la-Tour était déjà spécialisée dans les textiles à usage médical. Depuis le mois de mars, la PME s'est lancée en faisant construire deux machines dans des délais record pour produire ce bien tant recherché.

"La première question que je me suis posée, c’est : que peut-on faire ? Comment peut-on aider ? Et nous avons très vite compris que nous étions capables, par notre savoir-faire, d’apporter une réponse extrêmement professionnelle en produisant des masques de très grande qualité", assure Jacques Tankéré, PDG de l'entreprise.
 
L'entreprise texinov produit des masques FFP2 et bientôt la matière première pour les fabriquer

La qualité du masque tient essentiellement dans le filtrage. Un masque FFP2 aux normes européennes retient les projections et les particules jusqu'à 0,6 microns. Il est donc particulièrement protecteur. "Il a des élastiques qui se passent derrière la tête et non pas derrière les oreilles, ce qui permet d’avoir un masque bien plaqué sur le visage et un maximum de sécurité à l’emploi, détaille Anne Plat, responsable commerciale. Un très bon confort allié à une très bonne filtration."

Ne plus dépendre du marché chinois pour s'approvisionner

Pour produire ces masques, Texinov utilise comme matière première du meltblown, qui sert de filtre. Pour l'instant, la PME iséroise achète ce produit sur le marché chinois, mais bientôt, il sera fabriqué dans un nouveau bâtiment en construction, grâce à l'aide des pouvoirs publics, qui souhaitent désormais produire des masques sur le sol national. "On est là dans la démarche de relocalisation décidée par l’Etat de façon à assurer la sécurité sanitaire en France face à ce type de pandémie. Espérons que celle-ci soit la plus courte possible", précise Jacques Tankéré.

La vente des masques a commencé, notamment pour les hôpitaux et les Ehpad en France. Cette semaine, Texinov a même reçu une commande venue d'Allemagne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie industrie