VIDEO. Triathlon : l'Isérois Dorian Coninx vise une qualification pour les Jeux olympiques de Paris 2024 dès cette saison

durée de la vidéo : 00h02mn12s
Rencontre avec l'Isérois Dorian Coninx avant le début de la saison internationale de triathlon ©France 3 Alpes / JC Solari - J. Ducrot - M. Ducret

Rencontre avec Dorian Coninx à l'aube du coup d'envoi de la saison internationale de triathlon. L'Isérois, champion d'Europe en relais et médaillé par équipes aux Jo de Tokyo, espère se qualifier dès cette saison pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

C'est à Abu Dhabi que la saison internationale s'était achevée en novembre dernier, c'est à Abu Dhabi que le coup d'envoi des World Triathlon Championship Series (WTCS) sera donné le 3 mars. Une manière peut-être pour Dorian Coninx d'exorciser sa frustration. Car c'est sur une déception que le triathlète isérois avait bouclé sa saison en 2022 aux Emirats Arabes Unis.

Il avait dû abandonner lors de la grande finale du circuit international à l'issue de la partie natation. Sa chute à vélo, la veille de la compétition lors de la reconnaissance du parcours, avait laissé trop de traces. Il avait donc assisté en spectateur au sacre de Léo Bergère, l'autre Isérois qui brille sur le circuit mondial.

Cette course avortée était un peu à l'image des pépins physiques qui ont handicapé l'Isérois pendant la saison. Déchirure au mollet, grippe et le Covid à deux reprises : le triathlète n'a pas pu laisser parler ses qualités physiques l'an passé. Il en a tiré les leçons et s'est préparé en conséquence pour cette nouvelle saison.

"J'ai essayé avec une nutritionniste et un préparateur physique de voir ce que je pouvais faire pour ne pas tomber autant malade. Cela ne m'était jamais arrivé. On renforce mes points faibles. Je sens que la forme est très bonne. Je le sentais déjà l'an dernier malheureusement je n'ai pas pu le concrétiser", explique le triathlète de 29 ans.  

Médaillé de bronze aux championnats d'Europe

Malgré ses ennuis physiques, Dorian Coninx a tout de même décroché une médaille de bronze en individuel lors des championnats d'Europe à Munich en août dernier, derrière Léo Bergère et Pierre Le Corre, lors d'un triplé historique pour la France. Il a également été sacré champion d'Europe avec le relais mixte.

Désormais classé au 27e rang mondial, Dorian Coninx espère renouer avec la victoire, lui qui a décroché l'or par deux fois en carrière lors des WTCS, aux Bermudes en 2019 et à Hambourg en 2021.

"Je suis impatient de prendre le départ. La première de l'année est toujours un peu particulière, elle fait toujours un peu peur mais j'ai fait ce qu'il fallait pour être prêt en tous cas", assure l'Isérois. 

Au-delà du classement international, la série de courses qui se profile est surtout l'occasion pour le triathlète de s'assurer une place pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. "On peut potentiellement se qualifier pour les Jeux dès cette année donc c'est assez excitant comme perspective", insiste-t-il. 

Paris 2024, une troisième olympiade en ligne de mire 

"C'est le grand objectif, mais j'essaye de ne pas y penser tous les jours parce que c'est dans un an et demi. Il y a des étapes avant, j'essaye de faire des petits pas".

Mais Dorian Coninx a l'eau à la bouche, à l'idée de regoûter à la saveur d'un podium olympique. Lors des Jeux de Tokyo, il était monté sur la troisième marche avec le relais. Il a déjà participé à deux olympiades et capitalise sur son expérience pour préparer l'enjeu. 

"Je pense que je l'aborde de la bonne façon pour moi. J'essaye d'y aller le plus cool possible, de prendre le plus de recul possible et en général c'est ce qui me convient le mieux. Je travaille avec un préparateur mental pour gérer le stress et les émotions. Depuis deux-trois ans, on s'est attaché avec mon entraîneur à cibler les courses et cela a plutôt bien marché. Pour les Jeux Olympiques, c'est vraiment important parce que c'est la course d'un jour, donc j'essaye vraiment d'accentuer cet aspect", ajoute-t-il.

Pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, Dorian Coninx devra donc cumuler les belles performances sur le circuit international. Après Abu Dhabi en ouverture ce 3 mars, l'Isérois s'alignera sur les étapes mondiales au Japon, en Italie, au Canada et en Grande-Bretagne, avant la grande finale qui aura lieu cette année en Espagne.