Un concert "néonazi" a-t-il vraiment eu lieu en Isère malgré l'interdiction préfectorale ?

Alors que la préfecture de l'Isère avait annoncé qu'un concert "néonazi" s'était tenu samedi soir à Saint-Quentin-Fallavier malgré un arrêté d'interdiction, celle-ci est finalement revenue sur ses déclarations, évoquant finalement un "rassemblement". Voici ce que l'on sait.

L'annonce de l'événement circulait dans un cercle très fermé. Le concert "Rock antiwokisme" devait réunir cinq groupes pour une soirée clandestine, samedi 18 novembre, dans un lieu tenu secret en région Rhône-Alpes. Un événement organisé par des militants affiliés à la mouvance néonazie, selon une enquête de Mediapart et Rue89 Lyon.

Deux arrêtés ont été pris par les préfets du Rhône et de l'Isère pour interdire la tenue de ce concert. Or, un rassemblement s'est bien déroulé dans un restaurant de Saint-Quentin-Fallavier, dans le Nord-Isère, organisé par les mêmes figures de l'extrême droite radicale.

Mais aucun concert n'a eu lieu à cette occasion, a-t-on appris de sources concordantes, contrairement à ce qu'indiquait dans un premier temps la préfecture de l'Isère avant de se rétracter au cours de la journée de lundi.

Quel était l'événement prévu à l'origine ?

Entre 100 et 200 participants étaient attendus à l'occasion de ce concert lors duquel cinq groupes devaient se produire, selon les deux médias d'investigation. L'affiche d'annonce diffusée dans un cercle très restreint "reprend explicitement des symboles belliqueux et ostensiblement provocateurs envers les différences", justifiait la préfecture de l'Isère dans son arrêté d'interdiction.

On peut y voir un personnage vêtu de noir au visage masqué avec, à côté, le slogan antiraciste "Black lives matter" ("Les vies des noirs comptent") rayé et remplacé par "White lives matter" ("Les vies des blancs comptent"), une formule reprise par les suprémacistes blancs.

La tête d'affiche, le groupe Bunker 84, est par ailleurs "connue pour ses morceaux à la gloire du Troisième Reich", relève la préfecture. La formation qui appartient àla scène rock anti-communiste (RAC) française est à l'origine de titres tels que Mein Kampf - du nom du livre rédigé par Adolf Hitler, Victime des démocraties ou encore Nacht and Nebel, encensant les crimes nazis.

"Ils ne font plus jamais ces titres en live, se défend auprès de France 3 Alpes l'organisateur, Renaud M. Cela date des années 1990. Ce n'est plus d'actualité, ces titres dégueulasses." "C'était une soirée entre nationalistes mais en rien nazie", se justifie-t-il encore. "On est censurés, c'est frustrant. Je n'aime pas le modèle sociétal que voudrait nous faire subir le wokisme, c'est tout."

Renaud M., qui se dit "pro-Zemmour" mais "peu intéressé par la politique", affirme ne "pas (être) antisémite pour un sou". "Je suis un skinhead, un patriote", estime Renaud M. qui dit avoir rejoint cette mouvance pour "combattre la racaille".

Il reconnaît toutefois être l'ancien chef de file de la branche lyonnaise du groupuscule Blood and Honour (Sang et honneur), un réseau de promotion de musique RAC et néonazie dont la section française a été dissoute par décret ministériel en juillet 2019.

Les organisateurs dans leur ensemble sont par ailleurs "clairement affiliés", selon la préfecture, au mouvement nationaliste révolutionnaire Troisième Voie, lui aussi dissous par décret du Conseil des ministres en 2013 à la suite du décès du militant antifasciste Clément Méric dans une rixe avec des skinheads.

Pourquoi les organisateurs ont-ils annoncé annuler le concert ?

La préfecture de l'Isère, informée de la date et du lieu de l'événement, a pris un arrêté le samedi 18 novembre interdisant la tenue du concert, estimant qu'il constituait "par son objet même, un trouble majeur à l'ordre public".

Elle juge, dans ce document, que l'événement "est susceptible de donner lieu à des propos incitant à la haine raciale et à la violence (...), en particulier (envers) les personnes de religion juive, ainsi qu'à l'apologie des crimes commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale".

A la suite de la parution de l'enquête de Mediapart et Rue89 Lyon, les organisateurs leur avaient annoncé renoncer à l'événement initialement prévu dans un domaine privé de la Loire, le propriétaire ayant "purement annulé (sa) réservation."

Renaud M. reconnaît aujourd'hui qu'il avait prévu un plan B en réservant, plusieurs mois à l'avance, la salle d'un restaurant à Saint-Quentin-Fallavier. C'est dans ce cadre qu'environ "150 personnes", selon l'organisateur, se sont réunies samedi soir.

Que s'est-il vraiment passé ?

Si la préfecture de l'Isère affirmait dans un premier temps qu'un concert s'y était tenu, elle est revenue sur ses déclarations, parlant finalement d'un "rassemblement". "Ce dernier se tenant dans un lieu privé, aucun élément ne permet de confirmer qu'un concert se soit tenu", fait savoir le préfet de l'Isère Louis Laugier dans un communiqué émis dans la soirée de ce lundi 20 novembre.

Aucun élément ne permet de confirmer qu'un concert se soit tenu.

Louis Laugier, préfet de l'Isère

Une version confirmée par la procureure de la République de Vienne, Audrey Quey, qui n'a été saisie d'aucune enquête sur ces faits. "Il s'agissait d'un rassemblement dans un lieu privé et personne n'a porté à ma connaissance d'infraction telle qu'une provocation à la haine raciale", nous indique-t-elle.

"Des informations qui me sont remontées, complète Mme Quey, je n'ai pas l'impression que ce qu'il s'est fait était un concert néonazi." Un dispositif de surveillance a bien été mis en place par la gendarmerie le soir du rassemblement mais dans un cadre administratif et non sur instruction du parquet.

"On n'a pas du tout joué de musique", soutient Renaud M. qui, ayant eu connaissance de l'arrêté préfectoral, avait pris conseil auprès de son avocat avant de maintenir ce rassemblement. "Pour être honnête, j'ai juste chanté une chanson sur le Beaujolais nouveau." L'organisateur a été entendu par la gendarmerie dimanche, après le rassemblement, mais affirme qu'aucune charge n'est retenue à son encontre.

Le chanteur du groupe chambérien Boots and Creepers, Frankreich, nous indique que la formation savoyarde - qui devait initialement se produire lors du concert - a annulé son passage sur scène à la suite de l'arrêté d'interdiction. Il reconnaît malgré tout avoir participé au rassemblement qu'il qualifie de "soirée années 80" avec de la musique diffusée "via une playlist". "Aucun concert n'a été constaté lors des passages fréquents de la gendarmerie", précise-t-il par écrit.

Le gérant du restaurant loué pour le week-end, Arthur Munsch, affirme pour sa part n'avoir jamais été informé de la teneur de l'événement, se disant "choqué" et s'estimant "floué". L'organisateur reconnaît ne pas l'en avoir avisé.

"Je n'ai absolument pas cautionné, ni participé, ni aidé à organiser cet événement. On m'a trompé dans le type de personnes qui seraient présentes, leur nombre, l'utilisation de mon bâtiment et le contexte global de la prestation", assure-t-il, ajoutant qu'aucun collaborateur de son restaurant n'était présent ce soir-là.

Il dit avoir été alerté en pleine nuit par des appels provenant d'un "numéro masqué", son interlocuteur évoquant la présence de "personnes dangereuses" au sein de l'établissement, sans donner davantage de précisions. "Dans une démarche d'enquête, je comprends qu'on ne prévienne pas le gérant d'un établissement. Mais j'aurais aimé organiser une réaction appropriée", regrette-t-il.

Quelques heures avant l'événement, Arthur Munsch remarquait toutefois qu'une "petite scène improvisée (...) avec quelques instruments" avait été installée dans la salle de son restaurant. Interrogé, l'organisateur est resté évasif sur ce point. Lorsque le gérant est arrivé sur place, à 3h30 dans la nuit de samedi à dimanche, tous les participants avaient quitté les lieux.

Y aura-t-il une enquête judiciaire ?

Le parquet de Vienne n'ayant eu connaissance d'aucune infraction, il n'a pas ouvert d'enquête. La préfecture de l'Isère peut, en revanche, saisir la procureure de la République au titre de l'article 40 du Code de procédure pénale.

Le texte prévoit que toute autorité constituée qui "acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs."

"Aucune poursuite n’est envisagée eu égard au caractère privé du lieu et à l'absence d'infraction constatée", conclut la préfecture dans son communiqué lundi soir. Car l'arrêté d'interdiction portait exclusivement sur un "concert" et non un rassemblement.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité