VIDEO. Isère : plus de 900 poissons retrouvés morts dans la Fure après un déversement de matière chimique

Des centaines de poissons sont morts dans la Fure, en Isère, après un déversement de matière chimique dans la rivière. L'entreprise Fregata Hygiène reconnaît un déversement accidentel.
Des centaines de poissons sont morts à cause de la pollution dans la Fure, en Isère.
Des centaines de poissons sont morts à cause de la pollution dans la Fure, en Isère. © France 3 Alpes
"Sur 80 mètres, on vient de récupérer une cinquantaine de truites", désespère Christian Rossat. Des centaines de poissons sont morts dans la Fure après qu'une matière chimique a été déversée dans la rivière entre Rives, Apprieu et Saint-Blaise-du-Buis en Isère. Sur les 600 mètres parcourus par les membres de la société de pêche La Gaule de la Fure, 900 poissons ont été trouvés morts.

Pour les pêcheurs, les conséquences s'annoncent dramatiques. Près de 90% de la population de truites est décimée. "C'est un spectacle désolant, notre travail qui est anéanti pour une erreur humaine", ajoute Christian Rossat, adhérent de la société de pêche.

La perte pourrait s'élever, au total, à près de 5 000 poissons soit 10 000 euros de manque à gagner pour la société de pêche. "Il faudra au moins cinq ans pour retrouver du poisson pêchable par des adhérents ce qui fait que nous allons certainement perdre un très grand nombre d'adhérents dans l'année qui vient", craint son président, Michel Quichante.
 
Isère : plus de 900 poissons retrouvés morts dans la Fure après un déversement de matière chimique

 

Fregata Hygiène "ne fuira pas ses responsabilités"


La pollution provient de l'usine Fregata Hygiène, basée au bord de la rivière à Charavines. L'incident s'est produit lundi 9 novembre quand la tuyauterie a rompu lors d'une livraison. En 10 minutes, l'entreprise estime qu'un volume de 600 à 700 litres de matière chimique a fuité, asphyxiant des centaines de poissons.

"Force est de constater que cette tuyauterie n'a pas été réalisée dans les règles de l'art. Il y aura donc lieu de mettre en place des actions correctives efficaces", reconnaît le directeur du site, Daniel Triouleyre. La Dreal et l'Office français de la biodiversité ont été alertés, ils vont évaluer les dégâts sur le milieu aquatique.

"Fregata Hygiène ne fuira pas ses responsabilités, assure-t-il. Il faut évoquer des solutions de rempoissonnement, nous sommes bien évidemment prêts à étudier ce type de solutions." La société de pêche a porté plainte et un procès verbal, rédigé par les organismes compétents, sera transmis au procureur qui pourrait engager des poursuites à l'encontre du pollueur.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement industrie économie pêche