VIDÉO. "On a franchi le cap. La saison est lancée" : avec les ponts de mai, le secteur du tourisme fait le plein de visiteurs

Pour nombre de Français, les ponts de mai sont l'occasion de prendre quelques jours de congé. Une aubaine pour les professionnels du tourisme. Sur les berges du lac de Paladru, en Isère, le camping "Détente et Clapotis" fait le plein de visiteurs, dynamisé par une météo très ensoleillée.

"Profiter du grand air, ça fait vraiment du bien, et avec le beau temps !" Installés au bord du lac de Paladru (Isère), des vacanciers ont profité du pont du 8 mai pour s'offrir une escapade dans la nature. Depuis le début de la semaine, le téléphone du camping Détente et Clapotis sonne régulièrement. 

“On a ouvert que le 15 avril, donc le mois de mai va être plus vivant. Et le fait qu’il y ait le beau temps, je pense que là, c'est bon, on a franchi le cap. La saison est lancée, s'enthousiasme Matthieu Michel, réceptionniste. On a 70% de résidents, on va enfin bosser à fond !"

"Profiter de choses simples"

Dans cet établissement isérois créé en 2016, les réservations s’enchaînent tant et si bien, qu'il est déjà presque complet. “Le camping, on est à 100% [de réservations, NDLR] des logements en dur et au niveau des emplacements, on est à peu près 50%, en sachant qu’aujourd’hui, il y a pas mal de départs, pas mal d’arrivées aussi, qui n'étaient pas prévues, vu que le soleil est arrivé", avance Matthieu Michel.

Un reportage de Solène Anson, Charlène Personnaz et Quentin Maury

durée de la vidéo : 00h02mn27s
Reportage "Le pont de mai : une aubaine pour le tourisme" ©France Télévisions

Car en ce début du mois de mai, le mercure affiche 23°. L'occasion pour Sandra de profiter de ce petit coin de paradis au grand air. “Moi, j’aime beaucoup ce camping, parce que je m’y ressource beaucoup, c’est près de chez moi, et des fois pas besoin d’aller très loin pour profiter des choses simples.”

De passage au camping, Brigitte passe ses étés au bord du Paladru depuis 47 ans. À chaque fois qu’elle installe sa caravane, elle ressent “du bonheur”. “L'aînée de mes petites-filles quand elle arrivait ici, elle ouvrait l'auvent et elle disait : "ahhh ma caravane, mon bonheur, ma liberté !”, se souvient Brigitte. Et nous, c’est pareil ! Le jour où je m’en irai, il y aura des bons souvenirs." Des souvenirs à construire en famille ou entre amis, jusqu’à la mi-septembre.