Italie : 13 alpinistes évacués et la voie d’accès au Cervin fermée après des éboulements

Publié le

Ce mardi 2 août en fin d’après-midi, plusieurs cordées engagées dans l’ascension du mont Cervin par la voie italienne se sont retrouvées bloquées à cause d’éboulements survenus au niveau de la "testa del Leone", à 3700 mètres d'altitude. Au total, 13 alpinistes ont été évacués. Les autorités italiennes ont pris la décision de fermer temporairement l’accès au sommet.

Ce n’est pas la première fois de l’été que l’accès au sommet est fermé par les autorités. Le 20 juillet dernier, déjà, les guides de la station de Cervinia ont décidé de suspendre leurs activités sur la voie italienne d'accès au Cervin en raison "d'un risque d'éboulements liés à la sécheresse et aux hautes températures enregistrées en altitude".

Ce risque s'est à nouveau vérifié hier vers 17 heures dans la zone de la "testa del Leone". Une cordée d’alpinistes s’est retrouvée bloquée dans l’ascension à cause d’éboulements de rochers. Grâce à l'intervention rapide de l'hélicoptère du Secours Alpin Valdôtain, les 13 alpinistes ont été évacués, sains et saufs.

La voie italienne fermée

A peine 24 heures après les faits, le maire de Valtournenche, Jean Antoine Maquignaz, a préféré jouer la précaution : "L'immédiate, mais momentanée fermeture de la voie italienne au Cervin, (en montée comme en descente), a été décidée dans le but de garantir la sécurité du public et de donner la possibilité aux services compétents de juger de l'état de danger de l'itinéraire", peut-on lire dans l'arrêté municipal.

Une décision prise par le maire après consultation de la protection civile de la région vallée d'Aoste, de la société des guides du Cervin et du secours alpin.

Depuis le 20 juillet dernier, les guides de Cervinia et de Courmayeur ont décidé de ne plus emprunter les voies d'accès aux sommets du Cervin et du Mont Blanc. Interrogé par nos confrères de la Rai Vallée d'Aoste, le président de la Société, des guides de Courmayeur à précisé que, "étant donné les dangers actuels, les guides préféraient proposer d'autres courses autour des deux sommets."