Italie : le "non" de 4 régions au retour à l'hôpital des médecins non vaccinés

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Liégard .

Le premier "bras-de-fer" entre le nouveau gouvernement italien et certains très puissants présidents de régions a commencé. Avec sa décision de faire revenir dans leurs services hospitaliers 4000 médecins suspendus en raison de leur non vaccination, le gouvernement de Giorgia Meloni risque de devoir déjà composer avec la fronde de 4 des plus grandes régions du pays.

Ils sont 4 présidents de régions italiennes à être prêts à construire des barricades pour empêcher les 4000 médecins et les 15000 professionnels de la santé "No Vax" de retrouver collègues et patients des hôpitaux de leurs régions.

Emilie Romagne, (région de Bologne), Latium (Rome), Campanie (Naples) et Pouilles (Bari): rien que des régions de gauche pourra bien dire le nouveau gouvernement italien. Il n'empêche que, chez nos voisins transalpins, les présidents de régions ont la haute main sur le système sanitaire de leurs régions respectives.

"J'ai déjà envoyé à tous mes directeurs d'agences sanitaires locales une directive signée de ma main pour leur donner les moyens légaux d'empêcher tout contact direct entre personnels non vaccinés et patients", déclarait ce matin à notre confrère du quotidien "La Stampa" Vincenzo De Luca, le président de la région de Naples.

Une loi régionale pour tenir éloignés les médecins No Vax 

Ce même président compte même s'appuyer sur une loi datant de 2018 et mise à jour lors de la pandémie de Covid-19. Elle permet d'écarter des services les plus sensibles des hôpitaux (ceux occupés par des malades du Covid mais aussi des autres maladies infectieuses, telles que la grippe) tous les personnels de santé qui ne sont pas vaccinés contre la Covid 19.

Le tout juste nommé secrétaire d'état à la santé, Marcello Gemmato a beau avoir annoncé que le gouvernement allait tout faire pour rendre caduque cette loi régionale, les autres présidents de régions opposés au retour des médecins non vaccinés ont l'intention d'emboiter le pas à leur collègue napolitain. Il s'agit de trouver des parades légales à ce qu'ils considèrent comme une "offense aux médecins vaccinés et à leurs patients".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité