JO Tokyo 2021 : l'escalade entre en Jeux, la stéphanoise Anouck Jaubert aimerait grimper sur le podium olympique

Double médaillée d’or en Coupe du Monde (2017 et 2018), la Stéphanoise Anouck Jaubert espère décrocher une médaille dans sa discipline l’escalade, qui entre pour la première fois aux Jeux Olympiques.
La Stéphanoise Anouck Jaubert tentera de décrocher une médaille en escalade de vitesse aux Jeux Olympiques de Tokyo. Sa discipline entre pour la première fois aux JO
La Stéphanoise Anouck Jaubert tentera de décrocher une médaille en escalade de vitesse aux Jeux Olympiques de Tokyo. Sa discipline entre pour la première fois aux JO © MaxPPP

Anouck Jaubert participera à ses premiers Jeux Olympiques, à Tokyo au Japon. Et pour cause, en 2021, l’escalade fait partie des nouvelles disciplines qui entrent aux JO, aux côtés du surf, du skateboard, du karaté et du basket 3x3.

Danse, patin à glace, judo et gym… Anouck Jaubert s’essaie à différents sports. Elle pratique la gymnastique avec un peu plus d’intérêt. Mais finalement, elle opte pour l’escalade. Elle prend alors sa licence au club d’Escapilade de Saint-Etienne et prend vite goût à la compétition.

Anouck Jaubert est membre de l’Equipe de France d’escalade de vitesse depuis 2011, elle a alors 17 ans. La Stéphanoise s’entraîne au Pôle France de Voiron en Isère. Elle a décroché in extremis son ticket pour Tokyo, s’est fait opérée des ligaments, et doit performer dans un format combiné imposé par le CIO qui ne lui est pas favorable mais, loin de s'avouer viancue, elle vise quand même la médaille.

Anouck Jaubert est plus à l’aise en vitesse. Objectif : atteindre le sommet d’un mur de 15 mètres de haut et de 6 mètres de large. Elle affiche un temps de 7 secondes 32 centièmes. Il est impératif qu'elle termine première en vitesse, elle le sait, son point faible étant le bloc. Or dans le format adopté par le CIO, il faut performer aussi bien dans l’épreuve de vitesse qu’au bloc ou encore à l’épreuve de difficulté.
 

Une qualification aux JO de Tokyo in extremis

En avril 2020, elle apprend en plein confinement qu’elle a eu son ticket pour les JO de Tokyo 2021. Une qualification donnée a posteriori, après sa 11e place décrochée lors des championnats du monde qui s’étaient eux aussi déroulés à Tokyo, par la commission tripartite du CIO

''Même si c’est un peu étrange d’apprendre cela dans une période où il n’y a pas de compétition, c’est un soulagement énorme ! On me parle de la possibilité de cette qualification de cette manière depuis septembre 2019, mais il y a eu tellement de rebondissements depuis que je n’étais plus sûre de rien. Ça fait un bien fou de valider ma participation pour les JO. Pour être honnête, je ne réalise pas pour le moment. En tout cas, cela promet une belle et grosse année d’entrainement pour être prête à l’été 2021'', avait réagi Anouck Jaubert sur le site de la Fédération Française de Montagne et d’Escalade.

En juillet 2020, elle subit une opération des ligaments, après une blessure à l’entraînement. S’en suit un mois et demi d’immobilisation. Elle renoue avec la compétition en mai 2021 à Salt Lake City, aux Etats-Unis.

Son palmarès en Coupe du Monde en escalade de vitesse

En 2014, elle décroche la médaille de bronze d’escalade de vitesse à la Coupe du Monde
En 2015, elle remporte la médaille d’argent lors de la Coupe du Monde. Elle faisait partie des quatre meilleures grimpeuses lors de cette compétition. Et, la même année, elle est championne d’Europe d’escalade de vitesse.
En 2016 elle est médaillée d’argent.
En 2017 et 2018, elle remporte la médaille d’Or.
En 2019, elle est médaillée d’argent.

Grimpeuse et kiné

Ce seront les premiers et derniers jeux olympiques d’Anouck Jaubert. Il n’y aura pas de Paris 2024 pour elle.
Après Tokyo, elle a décidé de raccrocher les chaussons. Elle préfère terminer ses études pour devenir kiné et tourner la page.

On n’en est pas encore là. En attendant, elle représentera la France aux côtés de trois autres grimpeurs qui sont Julia Chanourdie et les frères Mawem, Bassa et Mickaël.

durée de la vidéo: 03 min 14
JO TOKYO 2021 : portrait de la grimpeuse Anouck Jaubert

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport montagne nature jeux olympiques