Cet article date de plus de 5 ans

La justice saisie après un tract anti migrants à Varennes-sur-Allier

Le préfet de l’Allier saisit la justice après la distribution à Varennes-sur-Allier d'un tract contre les migrants. Le Procureur de la République de Cusset ouvre une enquête préliminaire pour provocation publique à la haine à l’égard d’un groupe de personnes en raison de sa religion.
© Margaux Blanloeil
Près de deux cents migrants sont arrivés le 23 octobre sur le site de l’ancienne base aérienne de Varennes-sur-Allier. Deux jours plus tard, sur le marché du dimanche de Varennes-sur-Allier, un tract était distribué, sur lequel on pouvait lire des propos très violents à l'égard des migrants, considérés "comme des clandestins…musulmans".  On pouvait également y lire que "le nombre de viols risque d'augmenter en raison de la présence des réfugiés".

Ce message, qui a été rediffusé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux a choqué le préfet de l'Allier. Arnaud Cochet a donc  saisi le procureur de la République de Cusset, il évoque en effet  des propos « étant susceptibles de recevoir une qualification pénale »,
Depuis, le procureur de la République de Cusset, Éric Mazaud, a confirmé avoir ouvert une enquête préliminaire pour « provocation publique à la haine à l’égard d’un groupe de personnes, en raison de sa religion ». 

L'enquête a été confiée à la gendarmerie. Les faits sont passibles d'un an de prison ferme.
Dans l'intervalle, d'autres tracts ont circulé sur Internet, notamment un appel à la mobilisation pour manifester devant la mairie de Varennes le samedi 31 octobre et protester contre l'arrivée des migrants. Selon le Préfet de l'Allier, cette manifestation n'a rien d'illégal , elle ne devrait donc pas être interdite. 

 

durée de la vidéo: 02 min 11
Tract anti-migrants à Varennes sur Allier

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société migrants immigration