livres : un professeur voironnais mise tout sur Pythagore pour faire aimer les mathématiques

Un ancien professeur de mathématiques habitué à faire appel au dessin pour convaincre ses élèves les plus "retors" sort son second livre de vulgarisation. Son héro: un petit Pythagore dessiné pour l’aider dans sa mission: faire aimer les maths

« Pythagore, il a un petit côté Père Noël, qui plait toujours aux élèves ». Alors, Serge Cecconi, « l’homme qui voulait faire aimer les maths », a décidé de miser sur lui dans son dernier ouvrage. Un livre de vulgarisation, pour tenter de convaincre les plus revèches aux mathématiques. Et il y en a ! Serge a pu le constater tout au long de ses 30 ans de carrière.

 « On voit toujours le côté technique des maths », regrette-t-il. « Autant pour la philosophie, tout le monde se croit philosophe, autant le discours sur les mathématiques agit souvent comme un repoussoir sur les gens » !

Pythagore ce héros !

Conscient qu’il faudra davantage qu’un livre pour aller contre les idées reçues sur sa matière, Serge a donc décidé de récidiver. Après avoir publié, il y a 5 mois,  un premier ouvrage de vulgarisation mathématiques intitulé : « Petit voyage au pays des nombres », il s’apprête à sortir un second livre consacré au théorème de Pythagore.

« Contrairement à son copain Thalès, Pythagore est le mathématicien le plus aimé par les élèves », se justifie-t-il. « D’ailleurs, on se souvient toujours d’une seule chose à la fin de sa scolarité : c’est le théorème de Pythagore » !

durée de la vidéo: 01 min 44
Serge Cecconi: "l'homme qui voulait faire aimer les maths"!

Avec un petit dessin, ça passe mieux !

Fidèle à une habitude prise tout au long de sa carrière d’enseignant, Serge accompagne ses démonstrations avec son arme favorite pour faire entrer les maths dans les têtes les plus dures : le dessin. « Il facilite toujours les choses », explique-t-il. « Auprès de mes élèves, j’ai toujours été connu pour mettre des dessins dans tous mes cours…Et même dans les devoirs. Cela permettait à l’élève qui ne savait pas, de colorier au moins le dessin ! »

Une occupation saine pendant un devoir sur table. Mais qui ne garantissait certainement pas la moyenne pour autant à l’élève plus "en phase" avec la bande-dessinée qu'avec les théorèmes mathématiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture livres jeunesse littérature éducation société