Loire : huit voleurs présumés de métaux arrêtés à Roanne et mis en examen

Huit personnes, suspectées d’avoir commis une trentaine de vols de matériels de plomberie, d’électricité et de véhicules dans le Roannais ont été interpellées et mises en examen. Les malfaiteurs auraient également sévi dans le département de Saône-et-Loire. 

© C.Conxicoeur
L'enquête de gendarmerie avait début en avril 2018 dans le Roannais. L'enquête s'est poursuivie, "au fur et à mesure des rapprochements établis avec de nouveaux faits de vols et cambriolages commis en 2019." L'enquête a abouti début octobre par huit interpellations et mises en examen. 
 

Une bande soupçonnée d'une trentaine de faits 

Il a fallu plusieurs mois d’investigations, de surveillance et de recoupements aux gendarmes de la brigade de recherche de Roanne pour identifier plusieurs suspects. Début octobre et mi-octobre, les gendarmes de Roanne, renforcés par des effectifs du groupement de gendarmerie départementale de la Loire, ont interpellé huit personnes. Elles sont suspectées d’avoir commis des vols au préjudice d’artisans du Roannais et du département voisin de la Saône-et-Loire.

L'équipe de malfaiteurs présumés est soupçonnée d'être responsable de nombreux vols par effraction de locaux professionnels et vols de véhicules. Ces derniers étaient ensuite détruits par incendie. Les malfaiteurs s'était spécialisés dans les vols de métaux au sein, entre autres, d'entreprises de plomberie et d'électricité. Ils seraient impliqués dans une trentaine de faits pour un préjudice évalué pour l'heure à minima à 100 000 euros.

"Les perquisitions menées à l'issue des interpellations ont permis la saisie de métaux dérobés, de véhicules et de matériels ayant pu servir aux malfaiteurs pour commettre les méfaits ainsi que du numéraire," indiquent les gendarmes. Les enquêteurs ont aussi découvert des objets issus d'autres cambriolages.

À l’issue de leur garde à vue, les huit hommes ont été déférés et mis en examen pour des vols aggravés. Trois ont été placés en détention provisoire en attendant leur procès. Les cinq autres personnes ont été placées sous contrôle judiciaire. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société police sécurité