Chantage à la sextape : de nouveaux enregistrements accablent le maire Gaël Perdriau, "honte, écœurement ", le monde politique s'étouffe à Saint-Etienne

Le maire de Saint-Etienne niait tout chantage à l'égard de son ancien premier adjoint, Gilles Artigues. Il se disait même victime d'une conspiration au sein de sa propre famille politique mais un nouvel enregistrement de Médiapart fait tout voler en éclat. Gaël Perdriau et son directeur de cabinet, Pierre Gauttieri, avaient bien connaissance de la vidéo compromettante et l'ont utilisée comme moyen de pression. A Droite comme à Gauche, les réactions politiques à Saint-Etienne vont de l'écœurement à la colère.

Avec ce nouvel enregistrement et troisième volet des révélations de Médiapart, le maire de Saint-Etienne se retrouve au pied du mur. La bande sonore dévoilée, ce lundi 12septembre 2022, fait bien état d'un chantage sur Gilles Artigues, l'ancien premier adjoint à la mairie. 

Gaël Perdriau et son directeur de cabinet menacent Gilles Artigues, filmé un an plus tôt, à son insu avec un prostitué. Pierre Gauttieri va jusqu'à prononcer "vos enfants ne s’en remettront pas".

Face à cette situation Gilles Artigues a un temps envisagé de se suicider avant de se raviser et d'accumuler des preuves.

Deux enregistrements machiavéliques et accablants

Les enregistrements datent de novembre 2017 et juillet 2018, et ont été réalisés dans le bureau et en présence de Gaël Perdriau.

Les extraits diffusés par Médiapart ne laissent pas de place au doute, Gaël Perdriau connaissait l'existence de la vidéo filmée dans une chambre d’hôtel à Paris en 2014. Il le dit clairement à son adjoint avant de le menacer d’en révéler le contenu par " petits cercles " et "avec parcimonie " afin de détruire la vie publique de Gilles Artigues, catholique conservateur, très impliqué dans les activités du diocèse.

Une fois que c’est sur les réseaux, c’est plus du chantage. C’est une exécution.

Gaël Perdriau

Médiapart

Médiapart relate qu'au cours d'un autre échange, Pierre Gauttieri menace Gilles Artigues, en présence du maire, de propager la vidéo auprès des parents d’élèves des établissements où sont scolarisés ses enfants. Il ira jusqu'à dire qu'il assume être sans foi, ni loi et se comporter "comme un criminel ".  À l’époque, les 4 enfants de Gilles Artigues sont scolarisés en primaire, au collège et au lycée.

Si le fait que j’aille en taule vous fait tomber parce que vous passez pour une vieille pédale sur le retour, je n’en ai aucun problème.

Pierre Gauttieri, directeur de cabinet du maire de Saint-Etienne

Lorsque Gilles Artigues prononce le mot de chantage et rappelle les peines encourues pour les auteurs, le directeur de cabinet répondra :"si le fait que j’aille en taule vous fait tomber parce que vous passez pour une vieille pédale sur le retour, je n’en ai aucun problème." 

Une position difficile à tenir 

Ce dernier rebondissement démontre que non seulement le maire avait connaissance du guet-apens, du contenu de la vidéo, mais qu'il s'est prêté avec son directeur de cabinet Pierre Gauttiéri, à un chantage contre Gilles Artigues.

Comme chaque lundi, le groupe majoritaire à la maire de Saint-Etienne tient sa réunion hebdomadaire. Nul doute que ces nouvelles révélations seront au cœur des discussions. Les élus de la majorité formaient jusqu'à présent se montraient réservés, reste à savoir si l'union ne va pas s'effriter au fils des révélations. 

"Dégout, écœurement et honte", les réactions 

Au sein de la famille politique du maire de Saint-Etienne, les sentiments sont de moins en moins mitigés. Lionel Boucher, le président UDI de la Loire, ne masque pas son dépit. "Il (Gaël Perdriau) ne peut plus dire qu’il ne savait  pas. Sa situation n’est plus tenable. Il doit se mettre en retrait pour assurer sa défense. Comment peut-il rester à la tête de l’exécutif ? " Le leader centriste ligérien et s'en tient pas là et poursuit," Je demanderai au prochain conseil municipal que le directeur de cabinet rende ses émoluments. Je ne vois pas comment mes collègues, restés silencieux jusqu’à présent, peuvent croire encore aux doutes. Il faut qu’ils partent. Ce qui me révulse c’est qu’on est allé toucher aux enfants. Il faudra que toutes les responsabilités soient établies. Qui d’autre savait ? "

On a affaire à un voyou

Dino Ciniéri, député LR de la Loire

France 3 Rhône-Alpes

Le député Les Républicains de la 4e circonscription de la Loire, Dino Ciniéri, laisse lui aussi entendre sa colère. "Je suis furieux. Je ne pouvais pas imaginer de quelle violence Gaël Perdriau et son équipe de barbouzes étaient capables. On a affaire à un voyou."

L'opposition reste elle aussi très attentive aux révélations et autre rebondissement. Le conseiller municipal d'opposition, Pierrick Courbon, ne dissimule pas son indignation. "Les premières révélations m’avaient stupéfait. Mais là, nous sommes dans une autre dimension. J’éprouve de l’écœurement, du dégoût. Cela me donne envie de vomir. Eclate au grand jour, ce que je dénonce depuis des années, dans le scepticisme général. C’est un système mafieux, un clan. On ne peut plus être seulement dans le temps de la justice. Ceci relève de la morale et de l’éthique. Ce qui est dit dans ces enregistrements les disqualifie. Comment la ville peut-elle être gérée par des gens pareil."

Conseiller municipal et métropolitain, l'écologiste Olivier Longeon s'est aussi ouvert à nos journalistes de France3 Rhône Alpes, d'un sentiment de dégout mêlé de honte. "J’éprouve un profond dégoût, même de la honte. On se croirait revenus aux scandales du XIXème. Si tout est confirmé, on est bien au niveau du caniveau. Si cette affaire doit se traiter ce n’est pas seulement au niveau de la mairie mais aussi au niveau métropolitain."

Les écologistes estiment que la gestion de Saint-Etienne est perturbé par ce scandale. Ils réitèrent leur demande, déjà évoquée la semaine dernière : l’auto-suspension du maire et de son adjoint  Samy Kéfi-Jérôme ainsi que celle du directeur de cabinet Pierre Gauttiéri le temps que la justice éclaircissent le rôle de chacun.